Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le dosage de la progestérone est-il prédictif des chances de naissance vivante lors de l’insémination intra-utérine

Résumé : La progestérone (P) est essentielle à l'implantation et au maintien de la grossesse. Au cours des inséminations intra-utérines (IIU), la question de l’apport de P exogène en phase lutéale est largement débattue. Le dosage de P en milieu de phase lutéale pourrait être une stratégie éventuelle pour guider la supplémentation dans une médecine personnalisée. Peu d’études s’y sont intéressées et les données actuelles sont très controversées. L’objectif principal de notre étude était d'évaluer le caractère prédictif du dosage de P en MLP pour le taux de naissance vivante lors des inséminations artificielles conjoint (IAC). Les objectifs secondaires étaient (1) de déterminer s’il existait un seuil de progestérone variable en fonction de l’âge, celui-ci pouvant indiquer un support lutéal différent (2) d’analyser l’effet d’un support lutéal par progestérone sur le taux de naissance vivante selon que la valeur seuil ait été atteinte ou non.
Méthodes :
Une analyse rétrospective uni-centrique de 705 cycles d’IAC a été menée. Le dosage de P a été réalisé 7 jours après l’insémination. Un soutien de la phase lutéale pouvait être introduit dès le soir de l’IIU soit rarement dès le 1er cycle en fonction des données cliniques rapportées soit dès le 2ème cycle en fonction des taux de P atteints lors du cycle précédent. Les seuils de P ont été définis sans soutien lutéal à l’aide d’une courbe ROC (d'abord sans tenir compte de l'âge, puis en considérant l'âge du patient). Les seuils d’âge < 36 ans et ≥ 36 ans ont été définis au cours de l’analyse statistique. Les facteurs pronostics des taux de naissance vivante ont été étudiés en utilisant un modèle de Cox.
Résultats :
Le seuil de P prédictif du taux de naissance vivante était de 57,5 nmo/L (AUC 0,57). Le nombre de follicules matures et l'IMC étaient significativement différents entre le groupe < ou ≥ 57,5 nmol/L. L 'analyse multivariée a montré que le taux de progestérone était statiquement associé à la survenue de naissance vivante OR 1,668 IC 95% [1,023 ; 2,721](p = 0,04). Les seuils définis en fonction de l’âge étaient respectivement de 36.5 nmol/L pour un âge < 36 ans et de 60.5 nmol/L pour un âge ≥ 36 ans. Le seuil dépendant de l'âge était plus prédictif que le seuil indépendant de l’âge. Les patientes supplémentées qui présentaient un dosage de P supérieur au seuil dépendant de l’âge avaient une diminution significative des taux de naissance vivante OR 0.5627 IC 95% [0.3302 - 0.9587] (p = 0.03) comparativement au groupe non supplémenté.
Conclusion :
Le dosage de P en milieu de phase lutéale est associé à la survenue de naissance vivante lors des IAC avec stimulation par gonadotrophines. Le seuil de P dépendant de l'âge était plus prédictif pour le taux de naissance vivante que le seuil indépendant de l’âge. Chez les patientes supplémentées, un dosage de P supérieur au seuil était associé à une diminution significative des taux de naissance vivante. Il semble donc y avoir une fenêtre optimale de progestérone.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03428542
Contributor : Claire Leboeuf Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, November 15, 2021 - 10:55:00 AM
Last modification on : Saturday, December 11, 2021 - 3:40:45 AM

File

Petrovic_Claire-Hélène.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03428542, version 1

Citation

Claire-Hélène Pétrovic. Le dosage de la progestérone est-il prédictif des chances de naissance vivante lors de l’insémination intra-utérine. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03428542⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles