Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude des facteurs pronostiques de la chirurgie de l'épilepsie, basée sur la quantification du signal SEEG

Résumé : L'épilepsie est une maladie neurologique grave et répandue. Environ un tiers des patients présentent une résistance au traitement antiépileptique et peuvent bénéficier d'une chirurgie de l'épilepsie. L'évaluation pré-chirurgicale vise à identifier la zone épileptogène et à repérer les zones fonctionnelles avant une éventuelle opération résective. Elle comprend des évaluations cliniques, des observations par différentes techniques d’imagerie et des analyses électroencéphalographiques. Sur ces tracés, plusieurs méthodes d’analyse de signal ont été proposées aider à identifier la zone épileptogène, notamment l'EI, et le cEI (qui ajoute une mesure de connectivité dirigée (les "out-degrees") à l'indice d'épileptogénicité original EI). Dans cette étude, nous avons cherché à : (i) évaluer les performances de deux outils d’analyse quantitative du signal SEEG, l’EI et le cEI, dans la définition de la zone épileptogène, comparativement à la méthode de référence (par analyse visuelle) ; (ii) évaluer l’apport de ces outils dans la prédiction du pronostic chirurgical ; (iii) rechercher des facteurs pronostiques de la chirurgie de l’épilepsie grâce à la quantification du signal SEEG à l’aide de ces outils. Pour ce faire nous avons étudié les crises enregistrées par SEEG chez 53 patients, souffrant d'épilepsie focale pharmaco-résistante. Nous avons appliqué les deux mesures décrites à chaque crise, et les avons comparés au volume cérébral réséqué. Nos résultats retrouvent que : - la résection de la zone épileptogène telle que définie par l’EI, par le cEI, ou visuellement semble plus importante chez les patients libres de crises que chez les patients non libres de crise.- le cEI montre une meilleure sensibilité que l’EI à identifier les régions épileptogènes, pour une précision égale.- la non-résection de zones identifiées comme épileptogènes par le cEI est statistiquement plus fréquemment retrouvée chez les patients non libres de crises que chez les patients libres de crise. - nous ne retrouvons pas de variation significative du nombre de régions épileptogènes (tel qu’établis par ces chacun des deux outils) selon le devenir post-chirurgical des patients.- il apparait cependant une corrélation négative entre durée d’évolution et nombre de régions épileptogènes retrouvées par le cEI, qui n’est pas retrouvées avec l’EI.- nos résultats retrouvent également une tendance significative à un moins grand nombre de zones épileptogènes chez les patients non libres de crises que chez les patients libres de crises.- enfin, nous n’avons pas retrouvé de corrélation entre nombre de régions caractérisées comme épileptogènes et l’existence ou non d’une lésion à l’IRM. Dans ce travail, nous avons pu prouver la robustesse de nos outils, ainsi que leur pertinence en pratique courante : bien que ni l’EI ni le cEI ne puissent remplacer l’analyse visuelle, ils constituent un complément fiable et utile, permettant par exemple de signaler des décharges épileptiques qui pourraient passer inaperçues ; ou donnant à l’électrophysiologiste des informations précieuses sur la construction du réseau épileptique.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03430271
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Tuesday, November 16, 2021 - 10:38:22 AM
Last modification on : Tuesday, December 7, 2021 - 3:31:48 AM

File

These-Tanguy.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03430271, version 1

Collections

Citation

Tanguy Madec. Étude des facteurs pronostiques de la chirurgie de l'épilepsie, basée sur la quantification du signal SEEG. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03430271⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles