HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Place du scanner dans la prise en charge des traumatismes crâniens légers en population pédiatrique. Analyse rétrospective des pratiques au CHU de Rouen

Résumé : Objectif principal :
Évaluer le taux de scanner réalisé pour traumatisme crânien léger en population pédiatrique au CHU de Rouen. Objectifs secondaires : Étudier l’association entre les signes cliniques et la demande d’imagerie, étudier le taux de scanner ayant conduit à une prise en charge neurochirurgicale et tenter d’élaborer un algorithme de prise en charge local intégrant l’IRM.
Matériels et méthodes :
Cette étude rétrospective monocentrique à été réalisée sur 1274 patients de moins de 16 ans se présentant aux urgences pour traumatisme crânien léger avec un score de Glasgow de 13 ou plus. Les signes cliniques, la demande d’imagerie, les anomalies à l’imagerie et la prise en charge ont été recueillis. La comparaison entre les groupes a été réalisée par le test du Chi 2 ou le test exact de Fisher lorsque le Chi 2 n’était pas applicable.
Résultats :
Une imagerie a été réalisée chez 79 patients (6,2%) dont 74 scanners (5.8%). 18 patients (1,4%) présentaient au moins une anomalie post-traumatique. Il existait une différence significative (p < 0,001) pour la répartition du GCS, de la cinétique et des signes cliniques entre les groupes imagerie demandée ou non. Il existait une différence significative pour la présence d’un céphalhématome (p = 0,043) et de signes cliniques de fracture (p = 0,025) entre les groupes imagerie positive ou non. 11 patients (0,86%) ont présenté des LICcs comme définies dans les recommandations : un seul (0,07%) a bénéficié d’une prise en charge chirurgicale et 10 ont été hospitalisés plus de 2 nuits avec une anomalie TDM. Une imagerie de contrôle a été demandée chez 14 patients dont 10 par IRM. L’IRM retrouvait l’ensemble des anomalies parenchymateuses décrites initialement mais faisait défaut pour les lésions osseuses. Chez 4 patients l’IRM a permis de déceler une anomalie non visualisée ou douteuse au scanner.
Conclusion :
Le taux d’imagerie réalisée après traumatisme crânien est faible dans notre étude et a mené à une prise en charge chirurgicale chez seulement un patient. L’IRM est plus performante pour la détection des lésions intraparenchymateuses et pourrait avoir sa place en dehors des suspicions de fracture de la base du crâne.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03448555
Contributor : Claire Leboeuf Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, November 25, 2021 - 11:15:39 AM
Last modification on : Sunday, February 6, 2022 - 3:26:00 AM
Long-term archiving on: : Saturday, February 26, 2022 - 6:36:13 PM

File

Attali_Jennifer.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03448555, version 1

Citation

Jennifer Attali. Place du scanner dans la prise en charge des traumatismes crâniens légers en population pédiatrique. Analyse rétrospective des pratiques au CHU de Rouen. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03448555⟩

Share

Metrics

Record views

18

Files downloads

63