HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Puberté précoce chez la fille : facteurs prédictifs cliniques et biologiques de l’activation de l’axe gonadotrope

Résumé : La découverte d’un développement prématuré des caractères sexuels secondaires constitue un motif fréquent de consultation en endocrinologie pédiatrique. Actuellement, des critères d’évolutivité de la puberté, associés à un test LHRH positif, permet de poser le diagnostic de puberté précoce centrale et de discuter la mise en route d’un traitement freinateur. Les difficultés de réalisation du test au LHRH, la nécessité d’une hospitalisation et donc la pénibilité pour ces petites filles, mais aussi son coût financier nous amènent à réfléchir à l’indispensabilité de ce test pour le diagnostic d’une puberté précoce centrale.
Objectif :
L’objectif principal de cette étude est d’évaluer si l’association de critères cliniques, biologiques et d’imagerie pourrait être suffisante pour permettre d’affirmer l’activation de l’axe gonadotrope. L’objectif secondaire est d’élaborer un score pronostique dont l’utilisation permettrait de restreindre la réalisation du test au LHRH à une catégorie de patiente chez qui le doute entre puberté précoce évolutive et thélarche précoce persiste après l’analyse des différents paramètres. Population et Méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective, réalisée sur des données collectées entre le 1er janvier 2012 et le 31 décembre 2019 au CHU de Rouen, incluant les filles venues en hôpital de jour de pédiatrie du CHU de Rouen, pour réaliser un test au LHRH dans un contexte de développement mammaire précoce. Après analyse des différents critères cliniques, biologiques et d’imagerie, nous avons construit un score pronostique d’activation de l’axe gonadotrope.
Résultats :
93 patientes ont été incluses dans notre étude. Chez près d’une patiente sur deux le test au LHRH s’est avéré être négatif. 79 d’entre elles ont pu faire partie de l’analyse multivariée qui retrouve une association significative entre l’activation de l’axe gonadotrope et : l’âge à l’apparition du bourgeon mammaire, le taux de LH de base et la hauteur utérine. Notre score pronostique permet de prédire un résultat positif au test LHRH avec une sensibilité de 86% et une spécificité de 88%. Utilisé dans notre population, il montre une corrélation avec le résultat du test de stimulation au LHRH chez 87% des patientes.
Conclusion :
Aucun des critères (âge au bourgeon mammaire, taux de LH de base, hauteur utérine) pris isolément ne permet d’affirmer avec certitude une activation de l’axe gonadotrope. Nous avons donc proposé un score pronostique basé sur ces 3 paramètres significatifs, qui, utilisé dans notre population permet d’affirmer sans erreur l’activation de l’axe gonadotrope chez 37 patientes. On peut donc penser qu’il aurait permis d’éviter la réalisation du test au LHRH chez ces patientes et restreindre donc son utilisation aux 42 autres patientes (53%). L’utilisation d’un tel score, une fois amélioré et validé dans une plus grande population pourrait donc se substituer, dans les années à venir, à la réalisation du test au LHRH en pratique courante.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03449057
Contributor : Claire Leboeuf Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, November 25, 2021 - 2:59:44 PM
Last modification on : Wednesday, December 8, 2021 - 3:44:57 AM
Long-term archiving on: : Saturday, February 26, 2022 - 9:05:23 PM

File

Clémenceau_Claire.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03449057, version 1

Citation

Claire Clémenceau. Puberté précoce chez la fille : facteurs prédictifs cliniques et biologiques de l’activation de l’axe gonadotrope. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03449057⟩

Share

Metrics

Record views

44

Files downloads

11