Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Prévalence et étiologie de l'hyperprolactinémie chez les patientes présentant un syndrome des ovaires polykystiques

Résumé : Introduction : le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) représente l’étiologie la plus fréquente d’anovulation, d’hyperandrogénie et d’infertilité chez les femmes en âge de procréer. Malgré sa fréquence, sa physiopathologie demeure mal comprise. L’hyperprolactinémie (hPRL) est courante chez les femmes en âge de procréer et peut mimer le phénotype clinique du SOPK. La découverte simultanée d’une hPRL et d’un SOPK est donc loin d’être rare et il existe des études contradictoires concernant un lien possible entre le SOPK et l’hPRL. Matériel et Méthodes : nous avons mené une étude rétrospective unicentrique entre 2015 et 2021 en incluant des femmes répondant à la définition du SOPK selon les critères de Rotterdam 2018 définis par l’ESHRE. La définition de l’hPRL dans l’étude était la présence d’une prolactine au-dessus de la limite supérieure sur deux dosages différents dont un réalisé dans notre centre. Résultats : Au total, 430 femmes furent sélectionnées parmi lesquelles 179 répondaient à la définition du SOPK. 50 patientes sur 179 (27,9%) avaient au moins une mesure de prolactine élevée et 21 (11,7%) avaient une hyperprolactinémie d’après notre définition. Parmi les 21 femmes de la cohorte SOPK/hPRL, 5 (23,8%) avaient un microprolactinome, 5 (23,8%) une macroprolactinémie, 4 (19%) une hyperprolactinémie iatrogénique, 1 (4.8%) une hyperprolactinémie liée à une hypothyroïdie et 6 (28,6%) avaient une hyperprolactinémie inexpliquée malgré la réalisation d’examens complémentaires. Le test au Primpéran a permis de faire la distinction entre les prolactinomes et les autres causes d’hyperprolactinémie avec une bonne performance diagnostique (Sensibilité/Spécificité 100%/93,7%). Discussion : la découverte d’une hPRL est fréquente chez les femmes présentant un SOPK, elle est liée dans un quart des cas de notre étude à un microprolactinome. Un autre quart de ces hyperprolactinémies reste inexpliqué, cependant le test au Primpéran semble utile pour 1) distinguer les causes pituitaires des autres étiologies 2) éviter la réalisation d’examens complémentaires inutiles.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03470853
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, December 8, 2021 - 3:17:06 PM
Last modification on : Friday, December 17, 2021 - 3:29:38 AM

File

Travail de the`se.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03470853, version 1

Collections

Citation

Claire Rodier. Prévalence et étiologie de l'hyperprolactinémie chez les patientes présentant un syndrome des ovaires polykystiques. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03470853⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles