Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les facteurs de risque d’un premier épisode d’érysipèle et les facteurs de récidives chez les patients atteints de lymphœdèmes primaires

Résumé : Le lymphœdème est considéré comme l’un des principaux facteurs de risque d’érysipèle dans les principales études menées sur le sujet en population générale. Inversement, l’érysipèle est la principale complication du lymphœdème touchant au moins 30% des patients. Le principal risque de l’érysipèle est sa récidive dont les facteurs de risque sont mal codifiés. L’inflammation provoquée par les épisodes infectieux aggrave au cours du temps le lymphœdème en détruisant davantage les voies lymphatiques, c’est pourquoi il est important de les prévenir. L’objectif principal est la description et comparaison des facteurs de risque potentiellement associés à la survenue d’un érysipèle chez des patients porteurs d’un lymphœdème primaire. Les objectifs secondaires sont la description et comparaison des facteurs de risque potentiellement associés à la récidive d’un érysipèle chez ces mêmes patients et la description de la prise en charge des épisodes infectieux. Méthodes : étude cas-témoin nichée au sein d’une cohorte monocentrique de patients porteurs d’un lymphœdème suivis au Centre Hospitalo-Universitaire de Montpellier, Centre de Référence des Maladies Rares Lymphatiques et Vasculaires. Résultats : au total 260 patients ont été inclus, 110 patients ont présenté au moins un épisode infectieux et 70% de ces mêmes patients ont récidivé. Le sexe masculin, l’obésité, l’insuffisance veineuse chronique, un antécédent de chirurgie du membre atteint par le lymphœdème, la présence d’une papillomatose ou d’un intertrigo, une localisation aux membres inférieurs du lymphœdème sont significativement associés à la survenue d’un érysipèle (p<0.01). Il existe un retard diagnostique d’en moyenne 6 ans du lymphœdème chez les patients ayant présenté un érysipèle. Les patients présentant un premier épisode d’érysipèle rapidement au cours de leur suivi sont les plus à même de récidiver. Dans 91% des cas d’érysipèle, une porte d’entrée est retrouvée. Conclusion : pour conclure, les patients atteints de lymphœdème doivent être diagnostiqués et pris en charge rapidement afin d’éviter les épisodes infectieux qui majorent ce dernier. La présence de portes d’entrées cutanées doit être traquée. Il convient de suivre de manière plus rapprochée et de maximiser la prise charge des patients présentant rapidement au cours de leur suivi un épisode infectieux. Enfin, il ne faut pas oublier de prendre en charge des comorbidités telles que l’obésité et l’insuffisance veineuse chronique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03476658
Contributor : Faculté de Médecine Um Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, December 13, 2021 - 10:02:37 AM
Last modification on : Saturday, December 18, 2021 - 3:26:03 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2031-12-13

Please log in to resquest access to the document

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03476658, version 1

Collections

Citation

Natalia Zdrojewska. Les facteurs de risque d’un premier épisode d’érysipèle et les facteurs de récidives chez les patients atteints de lymphœdèmes primaires. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03476658⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles