HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

CO-UCNI : impact de la corticothérapie systémique chez les patients suivis pour uvéites chroniques non infectieuses au CHU de Nîmes

Résumé : Les uvéites chroniques non infectieuses (UCNI) peuvent être idiopathiques, d’entité ophtalmologique ou associées à des pathologies systémiques. La corticothérapie locale est le traitement de référence. S’il est mis en jeu, le pronostic visuel justifie l’initiation d’une corticothérapie systémique et/ou de traitements immunosuppresseurs. L’objectif de cette étude était d’évaluer chez des patients atteints d’UCNI et traités par corticothérapie systémique et/ou locale, la survenue d’évènements dits « cortico-induits » (ECI), cardiovasculaires, infectieux, ou métaboliques. Méthodes : étude observationnelle rétrospective monocentrique de patients traités entre 2016 et 2020 pour UCNI au CHU de Nîmes. Les données socio-démographiques, cliniques, de traitements, d’évolution, les évènements potentiellement cortico-induits (infarctus du myocarde, AVC, décès, infections, découverte et déséquilibre de diabète, fractures ostéoporotiques) étaient recueillis à partir des dossiers informatisés sur le CHU, ainsi que par interrogatoire téléphonique systématique des patients et/ou des médecins traitants. Les analyses statistiques usuelles étaient réalisées. Résultats : 105 patients étaient inclus : 46 % d’uvéites idiopathiques, 44 % liées à des maladies systémiques. Parmi eux, on retrouvait 43 patients traités par corticothérapie locale, 62 par corticothérapie systémique. Aucune différence dans la survenue d’ECI entre les deux groupes n’était mise en évidence. Cinq (5,2 %) évènements cardio-vasculaires majeurs (MACEs) étaient rapportés. Trente patients (31,9 %) rapportaient un total de 33 épisodes infectieux. Les patients traités par corticothérapie systémique et immunosuppresseurs rapportaient d’avantage d’évènements infectieux ambulatoires (p = 0,006). Conclusion : la corticothérapie systémique chez des patients atteints d’UCNI ne semble pas associée à un risque accru d’ECI par rapport à la corticothérapie locale. L’association avec un immunosuppresseur semble néanmoins augmenter le risque infectieux.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03523451
Contributor : Faculté de Médecine Um Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, January 12, 2022 - 4:37:34 PM
Last modification on : Friday, January 21, 2022 - 3:41:15 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, April 13, 2022 - 11:25:52 PM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2023-10-01

Please log in to resquest access to the document

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03523451, version 1

Collections

Citation

Myriam Fantone. CO-UCNI : impact de la corticothérapie systémique chez les patients suivis pour uvéites chroniques non infectieuses au CHU de Nîmes. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03523451⟩

Share

Metrics

Record views

6