HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Gestion de la carence de lits d'aval pour les patients hospitalisés depuis un service d'urgences

Résumé : Contexte : la fréquentation des services d’urgences en France connait une forte augmentation depuis plusieurs décennies, dans un contexte où les capacités d’hospitalisations déclinent. Ce manque de disponibilité de lit est l’un des facteurs aggravant la surcharge des services d’urgences. Pour y palier, la pratique de l’hébergement s’est répandue dans la plupart des centres hospitaliers. Cela consiste en l’hospitalisation des patients dans un autre service que le service adapté à leur pathologie. La littérature internationale s’est intéressée à l’impact de l’hébergement avec des résultats très variables selon les études. Objectif de l’étude : évaluer l’impact de deux modalités différentes d’hébergement dans deux centres hospitaliers, un CHU, dans lequel un médecin spécialiste est assigné à la prise en charge des patients hébergés et un CHR dans lequel le patient hébergé est à la charge du médecin du service accueillant. Matériel et méthode : il s’agit d’une étude de cohorte rétrospective, incluant d’une part 569 patients hospitalisés ((233 hébergés-336 non hébergés) depuis le service d’urgences du Centre hospitalier universitaire (CHU) Nord de Marseille, et d’autre part 815 patients (127 hébergés- 688 non hébergés) hospitalisés depuis le service d’urgences du Centre Hospitalier d’Avignon (CHA) entre le 01/11/2019 et le 31/12/2019. Pour chaque centre hospitalier, la DMS et la mortalité ont été comparées entre les deux groupes en analyse univariées puis en analyse multivariée. Résultats : au CHU Nord, les analyses multivariées ont mis en évidence une DMS plus courte pour les hébergés que pour les non hébergés (8,5 jours Vs 10,6 jours ; p<0,05). Au CHA, la DMS est significativement plus longue pour les patients hébergés (12 jours Vs 10,1 jours ; p<0,05). Nous n’avons pas mis en évidence de différence significative de mortalité entre les deux groupes dans aucun des deux centres hospitaliers. L’hébergement n’était pas un facteur de risque d’augmentation de la durée de séjour aux urgences sur la période étudiée. Conclusion : la désignation d’un médecin affecté à la prise en charge des patients hébergés et l’existence de règles d’hébergement semblent limiter l’impact négatif de ce dernier sur les patients. Il serait intéressant de construire une étude prospective pour confirmer ces résultats.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03641306
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, April 14, 2022 - 11:30:27 AM
Last modification on : Friday, April 15, 2022 - 3:30:52 AM

File

THESE NICOLAS 07-04-22 (1).pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03641306, version 1

Collections

Citation

Geoffroy Nicolas. Gestion de la carence de lits d'aval pour les patients hospitalisés depuis un service d'urgences. Sciences du Vivant [q-bio]. 2022. ⟨dumas-03641306⟩

Share

Metrics

Record views

20

Files downloads

0