Évaluation des risques sanitaires liés à la pratique sportive en période de fortes chaleurs - Université Grenoble Alpes Access content directly
Master Thesis Year : 2022

Assessment of the health risks associated with sports during hot weather

Évaluation des risques sanitaires liés à la pratique sportive en période de fortes chaleurs

Léo Moutet
  • Function : Author
  • PersonId : 1192313

Abstract

Physical activity is an essential factor in maintaining good health for everyone. Nowadays, it is a determinant of health largely underestimated by the general population. In a context of climate change and an increase in the frequency of extreme events such as heat waves, practicing physical activity in complete safety promises to be a challenge in the coming decade. This for levels of practice ranging from leisure to the Olympic Games, through the school environment. Syndromic surveillance networks of health authorities have already observed an increase in hyperthermia during periods of high heat, especially among young people. Very few official recommendations or regulations exist on this subject and are very little known in the sports community. This study begins with a review of the scientific knowledge available on the subject. It will then be a question of describing the relevant health and meteorological data. These come from the SurSaUD® monitoring network of emergency room visits and from Météo France, which is carrying out a study on a whole range of thermal comfort indices. The exposure indicators are taken from 33 stations spread over the different climates of France and calculated over the period June 1 – September 15 between 2015 and 2019 to correspond to the latest appropriate emergency room visit data. The diversity of sports activities in France implies drawing up a typology of practices in order to guide future methods of surveillance, prevention and intervention. Of the 42 epidemiological studies selected, most are carried out in the United States. The meteorological indices studied are mainly the temperature and the WBGT. Health impacts on mortality, visits to the emergency room and on the incidence of pathologies such as cramps, syncope, exhaustion, hyperthermia and hyponatremia due to exercise are described. Several types of monitoring are already set up: longitudinal network of health authorities, systems specific to sporting events or monitoring and feedback of data from the school environment .Very little information is available on the conditions of practice or on independent practice. In France, we identify four indicators of interest: temperature, WBGT, Heat Index and UTCI. They are correlated with vigilance levels and the state of heat waves. Each of them allows to characterize an excess risk of emergency care visit for several heat-related causes: hyperthermia, dehydration, hyponatremia, malaise and isolated fevers. A typology of sports has been drawn up specifying the risk factors linked to different practices during hot weather. Interviews with various sports federations have made it possible to better understand the perception and management of heat risk in supervised sports circles. We retain scientific knowledge concentrated in the United States, mainly using the WBGT to study the practice of American football. The impacts are serious and inherent to the types of practices and populations, as are the prevention levers. Hydration and acclimatization parameters seem to be the most important to control in order to reduce the risk. Temperature seems to be the most relevant exposure indicator, but it would be relevant to develop a measure to accurately quantify the individual heat load. It is important to secure and promote the practice of physical activity while adapting to future climatic conditions.
L’activité physique est un facteur indispensable au maintien d’une bonne santé chez tout individu. De nos jours, c’est un déterminant de santé largement sous-estimé par la population générale. Dans un contexte de changement climatique et d’augmentation des fréquences d’événements extrêmes comme les canicules, pratiquer une activité physique en toute sécurité s’annonce être un enjeu dans la décennie à venir. Ceci pour des niveaux de pratiques allant du loisir aux Jeux olympiques, en passant par le milieu scolaire. Les réseaux de surveillance syndromique des autorités sanitaires ont déjà observé une augmentation des hyperthermies lors de périodes de fortes chaleurs, en particulier chez les jeunes. Très peu de recommandations ou règlements officiels existent à ce sujet et sont très peu connus dans le milieu sportif. Cette étude débute par une revue des connaissances scientifiques disponibles sur le sujet. Il s’agira ensuite de décrire les données sanitaires et météorologiques pertinentes. Celles-ci sont issues du réseau de surveillance SurSaUD® des passages aux urgences et de Météo France qui mène une réflexion sur tout un panel d’indices de confort thermique. Les indicateurs d’exposition sont issus de 33 stations réparties dans les différents climats de France et calculés sur la période 1er juin – 15 septembre entre 2015 et 2019 pour correspondre aux dernières données appropriées de passages aux urgences. La diversité d’activités sportives en France implique de dresser une typologie des pratiques afin d’orienter les futures méthodes de surveillance, de prévention et d’intervention. Sur les 42 études épidémiologiques sélectionnées, la plupart sont réalisées aux États-Unis. Les indices météorologiques étudiés sont principalement la température et le WBGT. Il est décrit des impacts sanitaires sur la mortalité, les passages aux urgences et sur l’incidence de pathologies comme les crampes, syncopes, épuisements, hyperthermies et hyponatrémies dues à l’exercice. Plusieurs types de surveillance sont mis en place : réseau longitudinal des autorités sanitaires, systèmes spécifiques aux événements sportifs ou la surveillance et remontée de données issues du cadre scolaire. Très peu d’informations sont disponibles sur les conditions de pratiques ou sur la pratique autonome. En France, nous identifions quatre indicateurs d’intérêt : la température, le WBGT, le Heat Index et l’UTCI. Ils sont corrélés avec les niveaux de vigilance et l’état de canicule. Chacun d’eux permet de caractériser un excès de risque de recours aux soins d’urgence pour plusieurs causes relatives à la chaleur : hyperthermie, déshydratation, hyponatrémie, malaises et fièvres isolées. Une typologie des sports a pu être dressée spécifiant les facteurs de risques liés à différentes pratiques lors de fortes chaleurs. Des entretiens avec diverses fédérations de sport ont permis de mieux comprendre la perception et gestion du risque chaleur dans des milieux sportifs encadrés. On retient des connaissances scientifiques concentrées aux États-Unis, utilisant majoritairement le WBGT pour étudier la pratique du football américain. Les impacts sont graves et inhérents aux types de pratiques et de populations tout comme les leviers de préventions. Les paramètres d’hydratation et d’acclimatation paraissent être les plus importants à contrôler afin de diminuer le risque. La température semble être l’indicateur d’exposition le plus pertinent, mais il serait pertinent de développer une mesure permettant de quantifier précisément la charge thermique individuelle. Il est important de sécuriser et de promouvoir la pratique d’activité physique tout en s’adaptant aux conditions climatiques futures.
Fichier principal
Vignette du fichier
2022GRAL7076_moutet_leo_dif.pdf (5.52 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03867001 , version 1 (23-11-2022)

Identifiers

Cite

Léo Moutet. Évaluation des risques sanitaires liés à la pratique sportive en période de fortes chaleurs. Sciences pharmaceutiques. 2022. ⟨dumas-03867001⟩
140 View
146 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More