Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L'infiltration cicatricielle continue de lévobupivacaïne chez les souris porteuses de tumeurs cutanées modifie les récidives tumorales

Résumé : Introduction : Les anesthésiques locaux (AL) interagissent avec des enzymes clefs du métabolisme énergétique cellulaire et pourraient ainsi modifier les récidives locales des tumeurs. Nous posons l'hypothèse que la spécificité de cette action repose sur la bioénergétique remaniée des tumeurs. Des études expérimentales ont révélé un effet antiprolifératif des AL sur plusieurs types de cellules cancéreuses sans toutefois expliquer le mécanisme moléculaire impliqué. L'objectif de notre étude était d'évaluer cette hypothèse d'un effet anti-récidive de la lévobupivacaïne (L) sur des tumeurs cutanées de souris (squamous cutaneous carcinoma, SCC). Matériel et Méthodes : Des souris SKH-1 hairless immunocompétentes ont été exposées aux UVB jusqu'à obtention d'au moins une tumeur cutanée type SCC. Les souris ont été randomisées en trois groupes : Groupe L, Groupe SSI, Groupe Chirurgie. Dans chaque groupe, les souris ont bénéficié : 1) d'un comptage et d'une mesure du volume tumoral total (VTT) des tumeurs cutanées, 2) d'une exérèse chirurgicale des tumeurs, 3) d'une infiltration locale au niveau des berges des incisions chirurgicales, 4) de la mise en place d'un cathéter multiperforé raccordé à une pompe osmotique permettant une infiltration cicatricielle continue pendant 7 jours. Dans le groupe L, l'infiltration était réalisée avec de la lévobupivacaïne. Du sérum salé isotonique remplaçait la lévobupivacaine dans le groupe SSI. Les pompes et cathéters d'infiltration ont été enlevés sous sédation par isoflurane après 7 jours d'infiltration. Les souris ont été surveillées durant 28 jours après la chirurgie. Les récidives des tumeurs cutanées ont été comptées et le VTT mesuré tous les 7 jours, en aveugle du traitement (J7, J14, J21, et J28). Les résultats sont exprimés en médiane [25% 75%] et la significativité était évaluée par le test de Mann Whitney, avec p < 0,05 considéré significatif. Résultats : 29 souris ont été incluses : 11 dans le groupe L, 11 dans le groupe SSI, 6 dans le groupe Chirurgie. À J0, le nombre de tumeurs et le VTT ne sont pas significativement différents entre les groupes. À J28, le VTT est significativement inférieur dans le groupe L (39.3 [13,1-53,1] mm3) par rapport au groupe SSI (80,6 [42,0-190,7] mm3) (p=0,023), de même qu'à J21 (p=0.009). Le VTT à J28 n'est pas différents entre le groupe C et le groupe SSI (p=0.928). Il n'y a pas de différence significative entre les groupes concernant le nombre de tumeurs. Discussion : L'infiltration cicatricielle continue prolongée durant 7 jours de lévobupivacaïne réduit la taille des récidives tumorales cutanées post-opératoires chez la souris SKH-1. Des études cliniques sont nécessaires pour confirmer ces résultats.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [107 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01009640
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Wednesday, June 18, 2014 - 12:29:16 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 5:02:45 PM
Long-term archiving on: : Thursday, September 18, 2014 - 10:55:35 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01009640, version 1

Collections

Citation

Yann Hamonic. L'infiltration cicatricielle continue de lévobupivacaïne chez les souris porteuses de tumeurs cutanées modifie les récidives tumorales. Médecine humaine et pathologie. 2013. ⟨dumas-01009640⟩

Share

Metrics

Record views

115

Files downloads

838