Manger des images : entre le voir et le manger

Résumé : Alors que nous portons quotidiennement des aliments jusqu’à notre bouche, comment ne pas admettre que nous y portons également des images ? L’incorporation de la nourriture n’a jamais été aussi physique que mentale, tant la question de l’alimentaire et des enjeux qui lui sont liés sont omniprésents dans notre société. En témoigne notamment l’ouverture en avril 2015 de l’Exposition Universelle de Milan ayant pour thème Nourrir la planète, Énergie pour la vie. Cet intérêt commun porté à la nourriture prouve qu’il est tout à fait urgent, bien que les problématiques touchant à l’alimentation ne sont pas nouvelles, de mettre en lumière les systèmes culturels, économiques et géographiques qui régissent le rapport de l’homme moderne à la nourriture. Notre recherche s’inscrit ainsi dans un sujet très contemporain qui convoque absolument tous les domaines, l’art en premier lieu. Le parti pris de ce mémoire a donc été d’une part de questionner l’utilisation de l’aliment en tant que matériau de création, et d’autre part de questionner l’importance de l’image de l’aliment au sein de l’acte alimentaire. Dans la première partie de cet article, il a d’abord été question d’interroger la présence des images industrielles qui gravitent autour de l’aliment dans notre société et qui font de lui un médium idéologique et omniscient. Du supermarché à la cuisine, les travaux plastiques que nous avons réalisés mettent en tension ce que nous avons nommé le corps industriel de l’aliment avec la matière alimentaire, pure, brute, qu’il contient. De ces recherches plastiques est née la volonté de travailler la matière alimentaire et d’interroger ses caractéristiques en tant que matériau de création. En affirmant le parti pris d’une pratique artistique construite sur l’événement et la création d’œuvres éphémères, en créant la rencontre entre le corps de l’homme et le corps de l’aliment. Enfin, dans le but de comprendre les mécanismes intimes et sensibles qui habitent le mangeur, la dernière étape de cette réflexion nous a permis de supposer que l’aliment contemporain était le prisme d’images intimes, ainsi qu’un objet sur lequel se projettent des réflexions métaphysiques de l’homme mangeant. Mais alors que le corps de l’aliment n’a jamais été aussi mystérieux et énigmatique qu’aujourd’hui, tant il est modifié dans sa structure chimique, comment l’homme peut-il envisager les transformations silencieuses de son corps dans des aliments qu’il ne connaît que d’après leur apparence ?
Type de document :
Mémoires
Art et histoire de l'art. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [1 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01267675
Contributeur : Patricia Bourgoint <>
Soumis le : jeudi 4 février 2016 - 16:51:20
Dernière modification le : vendredi 29 septembre 2017 - 11:49:26
Document(s) archivé(s) le : samedi 12 novembre 2016 - 09:20:59

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01267675, version 1

Citation

Magalie Martin. Manger des images : entre le voir et le manger. Art et histoire de l'art. 2015. 〈dumas-01267675〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

172

Téléchargements de fichiers

94