Douleur chez le donneur de rein : comparaison de la consommation morphinique post-opératoire entre les néphrectomies donneur vivant et les néphrectomies pour cause médicale

Résumé : Introduction : La transplantation de rein donneur vivant est la meilleure thérapeutique de l’insuffisance rénale terminale. L’évaluation de la douleur et sa prise en charge chez le donneur sont des éléments clés pour le développement de cette technique. Il existe peu d’études évaluant la douleur post-opératoire et son retentissement chez le donneur vivant. L'objectif de cette étude était de comparer la douleur post-opératoire entre les donneurs vivants et les patients opérés de néphrectomie à but thérapeutique. Méthode : Dans cette étude prospective observationnelle monocentrique, 39 patients opérés de néphrectomie coelioscopique ont été inclus : 24 donneurs vivants (groupe DV) et 15 patients opérés de néphrectomie totale élargie pour raison médicale (groupe NTE). Les protocoles anesthésiques et analgésiques étaient identiques. En per-opératoire, l'analgésie était assurée par du sufentanil, de la kétamine et de la lidocaïne IVSE. L'analgésie post-opératoire comprenait du paracétamol, du néfopam et une PCA de morphine. Le critère de jugement principal était la consommation morphinique cumulée à H72. Les critères de jugement secondaires comprenaient les données démographiques et opératoires, la consommation morphinique et les échelles de douleur (EN) à H0, H8, H16, H24, H48. Les scores d’anxiété à H24 et M3, les effets indésirables liés au morphiniques et la durée d’hospitalisation étaient comparées entre les deux groupes. Résultats : Il n’a pas été retrouvé de différence significative entre les deux groupes concernant la consommation de morphine cumulée à H72 : 14mg [6-22] pour le groupe DV et 13 mg [10-33] pour le groupe NTE, p=0,511. La consommation morphinique et les scores de douleur (EN) étaient similaires entre les deux groupes à H0, H8, H16, H24, H48 et H72. Les patients du groupe DV étaient plus souvent de sexe féminin (58% contre 27% dans le groupe NTE, p=0,027). Les patients du groupe NTE présentaient plus souvent une hypertension artérielle (47% contre 8%, p = 0,012) et un débit de filtration glomérulaire moins élevé (85,0ml/min/m2 contre 103,5 dans le groupe DV, p<0,0001). La durée d’anesthésie était plus longue dans le groupe DV (270 min VS 220 min, p<0,001). Il n’y avait pas de différence entre les deux groupes concernant les scores d’anxiété à H24 (p=0,977) et M3 (p=0,883). Les effets indésirables liés aux morphiniques et la durée d’hospitalisation étaient similaires dans les deux groupes (p=0,299). Conclusion ans notre étude, les patients opérés pour don de rein par cœlioscopie ne semblaient pas plus douloureux que les patients opérés de néphrectomie par cœlioscopie. Dans le contexte du don d'organe, la prise en charge optimale des personnes prélevées est indispensable. L'amélioration de l'analgésie post-opératoire et la prévention des douleurs chroniques sont nécessaires à la bonne récupération des donneurs.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [73 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01343365
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 8 juillet 2016 - 12:07:27
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:33:24

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01343365, version 1

Collections

Citation

Pierre-André Stöckle. Douleur chez le donneur de rein : comparaison de la consommation morphinique post-opératoire entre les néphrectomies donneur vivant et les néphrectomies pour cause médicale. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01343365〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

126

Téléchargements de fichiers

107