Directives anticipées dans la relation médecin-malade dans le cadre des décisions en fin de vie du point de vue des patients

Résumé : Introduction : La loi Léonetti permet à toute personne majeure de rédiger des directives anticipées pour le cas où elle serait, un jour, hors d’état d’exprimer sa volonté. Malgré cela, en 2012, seuls 2.5% des personnes décédées avaient rédigé des directives anticipées. Les directives anticipées sont très peu évoquées avec les patients. Pourtant, durant le parcours de la maladie grave, cancéreuse notamment, la personne malade est accompagnée : par le médecin généraliste d’abord ainsi que par l’équipe hospitalière spécialisée, l’oncologue en chef de file. L’objectif de l’étude était d’aller d’interroger des personnes souffrant d’une maladie cancéreuse en phase curative ou palliative spécifique, afin de répondre à la question suivante : « Selon vous, quels seraient la place et le rôle des médecins, et en particulier de votre médecin généraliste, d’un point de vue relationnel, dans l’abord des directives anticipées ? ». Méthode : Une enquête qualitative par entretiens semi-dirigés a été réalisée auprès de patients admis en hôpital de jour d’oncologie pour chimiothérapie sur le mois d’avril 2016 au sein de deux hôpitaux en Gironde. Résultats : Les 31 personnes interrogées ont majoritairement exprimé être favorables aux directives anticipées. Une approche anticipée, de façon précoce, en début de maladie grave, et personnalisée à chaque patient leur semble préférable. Bien que l’oncologue occupe la place centrale durant le parcours de la maladie cancéreuse, les participants ont désigné leur médecin généraliste comme interlocuteur privilégié dans l’abord des directives anticipées. Ils ont justifié leur choix par la relation de confiance, ancienne, entre eux et leur médecin traitant. Discussion et Conclusion : Selon les patients, une relation médecin-malade de qualité conditionne l’abord des directives anticipées. La confiance et l’estime que les patients donnent à leur médecin généraliste lui confère la responsabilité d’aborder les directives anticipées. Selon la littérature, des échanges courts, répétés et interactifs entre les médecins et les patients permettraient un taux de rédaction supérieur. Néanmoins l’implication que cela requiert pour le médecin généraliste peut être un frein dans cette démarche. De nombreux travaux de recherche pourraient voir le jour dans ce domaine, davantage axés sur les personnes malades. Aujourd’hui, la relation médecin-malade évolue, le patient est devenu un des acteurs principaux de sa santé et souhaite se faire entendre. Il attend des équipes soignantes, une prise en charge globale où la collégialité, la communication et la complémentarité sont de rigueur.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [39 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01412343
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : jeudi 8 décembre 2016 - 11:53:04
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:31:14
Document(s) archivé(s) le : jeudi 23 mars 2017 - 06:50:56

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01412343, version 1

Collections

Citation

Anne-Cécile Valsesia. Directives anticipées dans la relation médecin-malade dans le cadre des décisions en fin de vie du point de vue des patients. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01412343〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

200

Téléchargements de fichiers

344