Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Responsabilité du journaliste et des médias face à l’intérêt général : la voie du « journalisme de solutions »

Résumé : La nouvelle ne choquera personne : le monde est en crise. Crises économique, politique, environnementale, sociale : le début du XXIe siècle est marqué par de profondes mutations qui bouleversent les repères et la stabilité des ordres établis. Réchauffement climatique, capitalisme à bout de souffle, désengagement du politique, inégalités rampantes… les défis ne manquent pas. Et les solutions non plus. Toujours est-il que les médias, eux aussi en crise, tendent à alimenter — plus ou moins malgré eux — le pessimisme ambiant. Face à une confiance en berne, une diffusion et des revenus en baisse et une mutation des pratiques d’information, ils se laissent aller à des constats alarmants et alarmistes sur l’état du monde pour redresser leurs audiences, sous couvert de présenter la réalité telle qu’elle est. Alors, à la lumière d’études sur l’impact psychologique négatif et potentiellement positif du traitement de l’information, certains proposent de pratiquer un « journalisme de solutions ». En d’autres termes, un journalisme qui parle autant des problèmes auxquels nous sommes confrontés que de solutions créées pour y répondre, dans la perspective de les relayer et de contribuer à l’intérêt général.
La démarche pourrait sembler nouvelle, mais depuis 2004, plusieurs réseaux, médias de niche et journalistes ont contribué à son développement, notamment Reporters d’Espoirs et Sparknews en France. De telle sorte qu’aujourd’hui, plus d’une centaine de grands médias nationaux et internationaux l’ont essayée, et parfois adoptée (BBC News, le New York Times, Le Figaro, Libération…). Alors, comment comprendre son essor dans le paysage médiatique ? Dans quelle mesure le journalisme de solutions invite-t-il à repenser le rôle et la responsabilité du journaliste et des médias face à l’enjeu (ou l’urgence) d’un développement plus durable ?
Nous montrerons à travers ce mémoire en quoi le journalisme de solutions implique de compléter la praxis journalistique pour intégrer l’idée d’un empowerment citoyen et d’une contribution au bien commun. Sur la base d’entretiens qualitatifs et d’une cartographie d’acteurs, nous analyserons les tensions qu’il ravive et soulève : mettre en avant des solutions, n’est-ce pas déjà les promouvoir ? Puisque les médias sont soumis à l’influence des pouvoirs économiques et politiques (et de leurs intérêts privés), comment peuvent-ils se targuer de contribuer à l’intérêt général ? Au fil de nos réflexions, nous verrons dans quelle mesure le journalisme de solutions peut constituer une manière efficace de (re)placer la responsabilité du journaliste et des citoyens au cœur des processus d’information. Voire, dans quelle mesure il pourrait s’avérer être le précurseur, le reflet ou le catalyseur d’un mouvement social plus large de réappropriation des enjeux sociétaux par la société civile, et de transition vers des modèles alternatifs d’organisation politique, économique et sociale.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01671547
Contributor : Clara Musy <>
Submitted on : Friday, December 22, 2017 - 1:34:45 PM
Last modification on : Tuesday, March 3, 2020 - 1:32:59 AM

File

DSG-2016-31 BOISVIEUX Philip D...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01671547, version 1

Citation

Philip Boisvieux. Responsabilité du journaliste et des médias face à l’intérêt général : la voie du « journalisme de solutions ». Sciences de l'information et de la communication. 2016. ⟨dumas-01671547⟩

Share

Metrics

Record views

187

Files downloads

1010