Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Casse tête indochinois : quelle mémoire pour le CAFI, Centre d’Accueil Français d’Indochine ?

Résumé : 21 juillet 1954, les accords de Genève marquent la fin de la première guerre d'Indochine. Parmi les Français rapatriés, il y a de nombreux métis qui n'ont jamais vu la métropole. En 1956, le camp militaire de Sainte-Livrade-sur-Lot, dans le Lot-et-Garonne, devient le CAFI, Centre d'Accueil des Français d'Indochine. Il est censé être une solution d'hébergement transitoire, le temps pour les rapatriés de s'intégrer. Certains y vivent toujours. En cinquante ans, il aura hébergé trois générations. En 2008, la réhabilitation du camp est engagée : les baraquements laissent place à des logements sociaux neufs. Quelle est l'histoire de cette communauté ? Comment se décide la métamorphose du camp ? De quelle manière entretenir la mémoire de ce lieu ? Quel support lui donner ?
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01808255
Contributor : Nantes Ensa <>
Submitted on : Tuesday, June 5, 2018 - 3:18:30 PM
Last modification on : Tuesday, October 30, 2018 - 4:19:30 PM
Long-term archiving on: : Thursday, September 6, 2018 - 5:21:45 PM

File

M1820112553_BONNASSIESCamille....
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01808255, version 1

Collections

Citation

Camille Bonnassies. Casse tête indochinois : quelle mémoire pour le CAFI, Centre d’Accueil Français d’Indochine ?. Architecture, aménagement de l'espace. 2011. ⟨dumas-01808255⟩

Share

Metrics

Record views

52

Files downloads

1826