Fente labio-palatine et croissance maxillaire‎ : de l'incidence de la chéïlorhinoplastie primaire

Résumé : Introduction : le calendrier de prise en charge des fentes labio-palatines reste un sujet de débat, autant pour les techniques chirurgicales que par leur âge de réalisation, chaque geste pouvant avoir des conséquences néfastes à long terme. La chéïlorhinoplastie primaire est l’un des points les plus discutés, entre partisans d’une chirurgie précoce (avant 1 mois), ou plus tardive (de 3 à 6 mois). Matériel et méthodes : ont été étudiés les patients porteurs de fente labio-palatine unilatérale complète non syndromique pris en charge dans deux centres de Chirurgie Maxillo-Faciale, dont le calendrier ne varie que sur le moment de réalisation de la chéïlorhinoplastie primaire. Le centre de Caen la réalise à 1 mois, quand celui d’Amiens la pratique à 6 mois, précédée du port d’une plaque palatine passive. Un groupe de patients de chaque centre a d’abord été évalué à 6 mois sur moulages pour comparer l’effet de la chéïloplastie néonatale et du port de la plaque palatine réadaptée. Puis des groupes de patients de 5-6 ans et de 10-11 ans issus de chaque centre étaient comparés par tranche d’âge sur des analyses céphalométriques de profil avec un groupe contrôle, à la recherche de signes de rétromaxillie. Résultats : à 6 mois, l’effet des orthèses passives était comparable à celui d’une chéïlorhinoplastie précoce sur la diminution de la largeur antérieure de la fente et de l’angle basal antérieur. À 5 ans, les patients étudiés dans les deux centres ne présentaient pas de rétromaxillie comparativement au groupe contrôle (angles ANB et F1MF1m comparables). À 10 ans par contre, on retrouvait une tendance à la rétromaxillie statistiquement significative pour le groupe de Caen uniquement (angle ANB et F1MF1m diminués par rapport au groupe contrôle). Discussion : ce travail a permis d’étudier l’effet spécifique de l’âge de réalisation de la chéïlorhinoplastie primaire sur la croissance maxillaire, après s’être assurés en premier lieu que l’utilisation de plaques palatines ne constituait pas un biais. Tout en restant conscients des limites statistiques de petites séries comme celle-ci, les résultats semblent orienter vers une tendance à la rétromaxillie à distance dans le groupe opéré en période néonatale. Conclusion : le suivi à plus long terme de cette cohorte sera nécessaire afin de compléter ces résultats, prenant en compte le recours à un masque de Delaire ou à une chirurgie orthognathique après l’adolescence.
Complete list of metadatas

Cited literature [136 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02078663
Contributor : Sabine Longuein <>
Submitted on : Monday, March 25, 2019 - 3:15:34 PM
Last modification on : Sunday, April 14, 2019 - 1:15:12 AM
Long-term archiving on : Wednesday, June 26, 2019 - 3:07:52 PM

File

Lavagen Nolwenn. Thèse d'exer...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02078663, version 1

Collections

Citation

Nolwenn Lavagen. Fente labio-palatine et croissance maxillaire‎ : de l'incidence de la chéïlorhinoplastie primaire. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02078663⟩

Share

Metrics

Record views

24

Files downloads

127