Faut-il ouvrir un nouvel espace à la relation médecin généraliste-adolescent? Une étude qualitative en miroir

Résumé : Introduction : les adolescents ne sont pas des patients comme les autres : ni enfants ni adultes, en pleine transition physiologique et émotionnelle, ils peuvent être difficiles à appréhender dans leurs attentes et leurs réactions. Face à cette population particulière, le médecin généraliste peut être tenté de mener un entretien et un examen minimalistes, centrés sur la demande somatique ou administrative, sans élargir le champ de la consultation. Cela peut nuire à la réalisation des missions de dépistage et de prévention, pourtant primordiales à cette période de la vie. L’objectif de cette étude « en miroir » était de confronter les points de vue des jeunes patients et des médecins généralistes afin de proposer des pistes d’améliorations pour la relation, qu’elles relèvent de la consultation en elle-même ou d’un élargissement de son cadre. Matériel et méthode : cette étude qualitative par théorisation ancrée a été menée de juin à novembre 2018. Un échantillonnage théorique a été constitué et le recueil de données s’est fait au cours d’entretiens semi-dirigés et de focus groupes. Le codage a été précédé d’une micro-analyse puis une triangulation des chercheurs et des sources a été menée. Résultats : dix-neuf adolescents et dix-sept médecins généralistes ont été inclus ; quatre focus groupes et vingt-quatre entretiens semi-dirigés ont été conduits. Bien que les médecins considèrent l’abord de la prévention et du dépistage comme leur rôle principal auprès des adolescents, ces derniers n’envisagent pas leur généraliste comme premier recours pour aborder ces sujets. La superficialité de la relation et leur méconnaissance des rôles du généraliste sont les principales causes pointées par les adolescents. De leur côté, les médecins regrettent le peu de consultations et l’absence d’implication de ces jeunes patients. Le rappel du secret médical est primordial pour les deux groupes. Les attentes des adolescents résident dans une communication sur un mode émotionnel et un engagement bienveillant de leur médecin. Pour les généralistes, trouver sa place au sein de la relation Adolescent-Médecin-Parent est une condition sine qua non à une relation optimale ; développer une consultation obligatoire et faciliter l’accès à des réseaux de soins interprofessionnels sont des pistes d’amélioration de la relation avec les adolescents. Conclusion : la prévention et le dépistage chez les adolescents au cabinet de médecine générale n’en sont encore qu’à leurs balbutiements. L’abord de ces sujets ne semble une évidence ni pour les médecins ni pour les jeunes patients car la relation étant à ce jour trop superficielle pour permettre un réel lien de confiance. L’amélioration de la communication entre adolescents et médecins généralistes semble être un point clef pour lequel la formation du praticien, sa motivation et sa volonté sont des déterminants majeurs de réussite. D’autres pistes existent et sont à développer : institution d’un nouveau système de consultations, investissement de médias interactifs, renforcement des réseaux et mise en place de campagnes de santé publique.
Complete list of metadatas

Cited literature [83 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02117539
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, May 2, 2019 - 2:06:38 PM
Last modification on : Wednesday, May 15, 2019 - 6:29:27 AM

File

The`se version finale B.Abadie...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02117539, version 1

Collections

Citation

Barbara Abadie, Élise Denante. Faut-il ouvrir un nouvel espace à la relation médecin généraliste-adolescent? Une étude qualitative en miroir. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02117539⟩

Share

Metrics

Record views

26

Files downloads

177