Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Infection urinaire à Escherichia coli BLSE : prévalence, facteurs de risque et prise en charge en ville dans l'arrondissement de Brignoles en 2018

Résumé : Introduction : la résistance aux antibiotiques est un problème de santé publique, du fait de son impact sur la santé et son impact économique. Depuis le début des années 2000, nous sommes confrontés à une très forte augmentation d’Escherichia coli producteur de Bêta-lactamases à spectre étendu (E. coli BLSE). La région PACA est celle qui présente le taux d’E. coli BLSE le plus important, pourtant la prescription d’antibiotique n’y est pas la plus importante. Les médecins généralistes, premiers prescripteurs d’antibiotiques en ville, sont les premiers à faire face à l’augmentation des résistances et doivent être le premier rempart. L’objectif de cette étude était d’estimer la prévalence de E. coli BLSE dans l’arrondissement de Brignoles ainsi que d’analyser les co-résistances associées en particulier les associations de résistance qui définissent les bactéries difficiles à traiter en ambulatoire. Mais également d’évaluer les différents facteurs de risques et leurs distributions. Et enfin d’évaluer la prise en charge médicale pour la confronter aux recommandations de 2017. Matériels et méthodes : il s’agissait d’une étude épidémiologique descriptive rétrospective multicentrique auprès des laboratoires de ville de l’arrondissement de Brignoles. Un questionnaire était envoyé médecin afin de recueillir les facteurs de risque. Résultats : durant l’année 2018 un total de 25 930 ECBU réalisés en ambulatoire ont été recueillis. Parmi ces prélèvements, 3865 souches de E. coli ont pu être isolées, 256 étaient productrices de BLSE. Ces 256 ECBU positifs à E. coli BLSE représentaient un total de 147 patients. On put être recueilli auprès des médecins prescripteurs, un total de 72 questionnaires, soit un taux de réponses de 56,25%. Conclusion : Notre travail n’a pas mis en évidence d’augmentation nette du taux de résistance d’E. coli BLSE des infections urinaires. Mais nous avons confirmé un taux supérieur à 5% (6,7%). L’analyse des facteurs de risque n’a pas permis de mettre en évidence de différence significative entre les régions, en particulier le nombre d’infections communautaires strictes était proche de 20%. En revanche l’analyse de la prévalence en fonction de l’âge et du genre nous permet d’émettre l’hypothèse que ces 2 facteurs peuvent jouer un rôle dans cette discordance de résistance entre les régions. Dans notre travail nous avons mis en évidence que la prise en charge des infections urinaires à BLSE était conforme aux recommandations 2017 de la SPILF dans 65% des cas.
Complete list of metadatas

Cited literature [110 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02395685
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, December 5, 2019 - 4:02:14 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 4:46:47 PM
Long-term archiving on: : Friday, March 6, 2020 - 7:07:08 PM

File

Thèse PAULIN Olivier.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02395685, version 1

Collections

Citation

Olivier Paulin. Infection urinaire à Escherichia coli BLSE : prévalence, facteurs de risque et prise en charge en ville dans l'arrondissement de Brignoles en 2018. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02395685⟩

Share

Metrics

Record views

69

Files downloads

101