HAL will be down for maintenance from Friday, June 10 at 4pm through Monday, June 13 at 9am. More information
Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Intérêt du traitement par agoniste de la GnRH sur la taille finale chez des jeunes filles suivies pour avance pubertaire : étude rétrospective au CHU LENVAL Nice

Résumé : Introduction : la puberté est une période de forte croissance du aux effets de stéroïdes sexuels sur les cartilages de croissance. Le pronostic péjoratif sur la taille finale dans les avances pubertaires dû à la maturation squelettique prématurée amène les équipes à proposer un traitement freinateur en fonction de la taille adulte prédite et de l’impact psychologique du développement pubertaire mais ces effets sont débattus. L’objectif principal de cette étude est l’évaluation de l’intérêt d’un traitement par Gonadotropin releasing hormone (GnRHa) en termes de gain de taille finale chez une population de patientes suivies pour avance pubertaire. Matériel et méthode : il s’agit d’une étude épidémiologique, observationnelle, rétrospective et monocentrique impliquant des patientes suivies en consultation à l’Hôpital pédiatrique Nice Centre hospitalier universitaire (CHU) Lenval (HPNCL) pour avance pubertaire d’origine centrale. Nous avons collecté des données démographiques parmi les dossiers retenus, notamment la taille finale, la taille cible génétique et avons calculé les tailles adultes prédites selon deux méthodes différentes (Bonexpert vs Bayley Pinneau). Le critère de jugement principal est la différence entre la taille finale et la taille prédite pré-traitement dans le groupe « Puberté précoce centrale (PPC) » et la différence entre la taille finale chez les filles traitées versus non traitées dans le groupe « Puberté avancée centrale (PAC) ». Résultats : 39 dossiers ont été inclus dans cette étude, répartis en trois groupes en fonction de l’âge du début de la puberté et de la présence éventuelle d’un traitement freinateur. La comparaison de la taille finale entre les groupes « PAC traitée » et « PAC non traitée » ne révèle pas de différence significative (p = 0.1227), de même qu’entre la taille finale et la taille prédite pré traitement dans le groupe « PPC » quelle que soit la méthode de prédiction de taille adulte (p = 0.3133 et p = 0.8076). Dans le groupe « PAC traitée », une différence significative est notée entre la taille finale et la taille prédite pré traitement uniquement si cette prédiction est réalisée avec le logiciel Bonexpert (p = 0.0459). Il n’est pas observé de différence significative entre la taille finale et la taille prédite pré traitement dans le groupe « PAC non traitée » (p = 0,1974 et p = 0,8358). Discussion : d’un point de vue strictement méthodologique, la comparaison de taille adulte entre deux populations nécessite un groupe contrôle, difficilement envisageable dans les pubertés précoces. L’absence de différence significative dans ce groupe est à pondérer par le fait d’un faible nombre de patientes traitées avant l’âge de six ans. Pour les patientes du groupe « PAC », des tailles finales comparables entre les patientes traitées et non traitées renforcent l’hypothèse de l’absence d’amélioration de gain de taille finale en accord avec les données de la littérature. La bonne corrélation entre la taille finale et la taille prédite pré traitement, indépendamment de la méthode de prédiction utilisée, dans le groupe « PAC non traitée » suggèrent une bonne fiabilité des deux méthodes chez cette population. Conclusion : ces résultats sont concordants avec l’état actuel des connaissances dans le traitement des avances pubertaires mais nécessitent d’être approfondis par des études à plus grande puissance, notamment pour les pubertés précoces. L’indication d’un traitement freinateur de la puberté dans les avances pubertaires est formelle dans les pubertés très précoces avec un pronostic délétère sur la taille finale. Il doit être envisagé au cas par cas, conjointement avec les parents et le patient dans les pubertés avancées en fonction de l’impact psychologique d’un développement pubertaire prématuré. L’âge normal de début de la puberté tend à diminuer d’une génération à la suivante, faisant reconsidérer le caractère pathogène de la puberté avancée.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03463813
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, December 2, 2021 - 4:36:09 PM
Last modification on : Wednesday, April 13, 2022 - 3:46:27 AM

File

2021NICEM138.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03463813, version 1

Citation

Robin Fortier. Intérêt du traitement par agoniste de la GnRH sur la taille finale chez des jeunes filles suivies pour avance pubertaire : étude rétrospective au CHU LENVAL Nice. Médecine humaine et pathologie. 2021. ⟨dumas-03463813⟩

Share

Metrics

Record views

9

Files downloads

9