Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Roma dans les provinces romaines d'Afrique

Résumé : Roma est apparue pour la première fois au Ve siècle av. J.-C. dans les pays grecs sous forme d'une personnification du peuple romain. Les Grecs lui ont donné une histoire et une personnalité "définie" et, au fur et à mesure, ils lui donnent un caractère et des attributs divins. Depuis la fin du IIe siècle av. J.-C., elle fut vénérée dans un culte qui s'est répandu dans plusieurs cités grecques. De ces dernières, il s'est diffusé dans les provinces occidentales. Le moment décisif qu'a connu ce culte est la victoire d'Actium. La défaite de Marc Antoine a fait d'Octave Auguste le seul maître du monde et c'est à partir de ce moment que les Grecs ont associé le vainqueur à Roma dans un culte commun : le culte de Roma et d'Auguste. Ce culte s'est diffusé dans les provinces occidentales et il a pris des formes multiples. Dans les provinces romaines d'Afrique, Roma est attestée par des documents de types différents : des documents iconographiques et figuratifs, documents architecturaux, épigraphiques et littéraires. L'étude de ces témoignages a permis de connaître les différentes formes du culte dédié à Roma : culte commun de Roma et d'Auguste dont on peut distinguer deux types : culte de Roma et de l'empereur défunt divinisé et culte de Roma et de l'empereur de son vivant. L'autre forme sous laquelle se manifeste ce culte est le culte de Roma isolé. Ce culte, sous ses différentes formes, a été développé surtout dans les provinces orientales, et beaucoup moins dans les Maurétanies. De même, l'extension semble s'effectuer d'est en ouest. Chronologiquement, ce culte et l'image de la déesse s'étendent de la fin du Ier siècle av. J.-C. à la fin du IVe siècle ap. J.-C., début du Ve siècle, donc sans surprise sur l'époque de la domination romaine. Si l'essentiel des inscriptions met en avant des citoyens romains comme acteurs du culte et auteurs des dédicaces et semble ainsi montrer le peu d'impact dans la population indigène, il n'en reste pas moins qu'il ne s'agit pas seulement des catégories appartenant à l'élite. La présence d'un cognomen Felix (même si les spécificités des cognomina africains sont discutées), ou l'érection de l'autel de la gens Augusta par un affranchi ou encore la mosaïque de Thysdrus indiquent la participation d'un public plus large et d'une compréhension plus culturelle que cultuelle. Roma est bien le symbole sacralisé de l'État Romain.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00579906
Contributor : Uga Ufr Arsh <>
Submitted on : Friday, March 25, 2011 - 1:28:15 PM
Last modification on : Friday, July 10, 2020 - 5:06:05 PM
Long-term archiving on: : Sunday, December 4, 2016 - 1:42:21 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2021-03-25

Please log in to resquest access to the document

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00579906, version 1

Collections

Citation

Sobhi Saâdi. Roma dans les provinces romaines d'Afrique. Histoire. 2010. ⟨dumas-00579906⟩

Share

Metrics

Record views

295