Virus de l'hépatite E : mise en place du diagnostic moléculaire au laboratoire de virologie du CHU de Grenoble : études de prévalence chez les patients co-infectés VIH-VHC et les transplantés hépatiques - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2011

Virus de l'hépatite E : mise en place du diagnostic moléculaire au laboratoire de virologie du CHU de Grenoble : études de prévalence chez les patients co-infectés VIH-VHC et les transplantés hépatiques

Abstract

Le virus de l'hépatite E (VHE) est responsable d'hépatites aiguës autochtones. Il est actuellement décrit chez des patients immunodéprimés avec passage à la chronicité. Nous avons adapté une technique de RT-PCR temps réel du VHE décrite par Jothikumar et al en 2006 amplifiant une région conservée de l'ORF3. Ses performances analytiques montrent une quantification linéaire de 100 à 106 copies/ml, une spécificité de 100% et une variabilité intra et inter-essais faible confortent la robustesse et fiabilité de notre technique. Les études rétrospectives de prévalence du VHE ont associées cette méthode moléculaire et un test sérologique commercialisé (IgG +IgM). La première a été menée parmi 111 patients co-infectés par le VIH et le VHC inclus dans l'étude multicentrique française ANRS-HCO2-RIBAVIC. Nous rapportons une faible séroprévalence à 2,7% sans marqueurs d'infection récente. La toxicomanie, mode principal de contamination de cette population, ne nous apparaît pas comme un facteur de risque supplémentaire d'infection par le VHE. La seconde a été réalisée sur 169 sérums post-transplantation hépatique et 81 pré-transplantation de patients suivis au CHU de Grenoble. La séroprévalence du VHE en pré-transplantation est de 9,9% et en post-transplantation de 7,7%. La séroprévalence trouvée à 5,4% parmi le personnel hospitalier grenoblois n'est pas significativement différente (p=0,1830). Aucune réactivation virale n'a été détectée. Trois primo-infections sont retrouvées avec évolution chronique dans 2 cas. Ces résultats suggèrent que cette population ne semble pas plus à risque d'infection par le VHE que la population générale locale et qu'une évolution chronique reste possible.
Fichier principal
Vignette du fichier
2011GRE17047_gaillard_stephanie_1_D_.pdf (3.68 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00639301 , version 1 (08-11-2011)

Identifiers

Cite

Stéphanie Gaillard. Virus de l'hépatite E : mise en place du diagnostic moléculaire au laboratoire de virologie du CHU de Grenoble : études de prévalence chez les patients co-infectés VIH-VHC et les transplantés hépatiques. Sciences pharmaceutiques. 2011. ⟨dumas-00639301⟩
90 View
1081 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More