Y a-t-il un intérêt à la pratique du toucher vaginal en systématique dans le suivi des grossesses à bas risque ? - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2010

Y a-t-il un intérêt à la pratique du toucher vaginal en systématique dans le suivi des grossesses à bas risque ?

Abstract

INTRODUCTION Is not reducing mortality and morbidity the common goal of obstetrics and pediatrics ? And yet, preterm birth is, at the moment, the first cause of these morbid-mortalities in France. Consequently, the screening of pregnancies exposed to a threatened preterm labor is of a certain interest. The evaluation of the cervix through cervical examination seems to be the first method used to diagnose this risk. Moreover, resorting to the latter seems to be frequent during the steady of pregnancy. However, many European countries did not choose a routine cervical examination during prenatal consultations. And yet, some of them present an equal, even an inferior, rate of preterm birth to ours. Is there an interest in the practice of routine cervical examinations during low-risk pregnancies ?

OBJECTIVE In order to work out a reflection about our methods, it seemed essential to turn to the goals and consequences of this examination. Thus, the interest of our work was both on practitioners and patients.

METHODS An analysis of the professional practices in Angers was made between September and December 2009 through a written and anonymous questionnaire. Among the liberal field (in town) and the hospital field, gynecologists-obstetricians, midwives and general practitioners were interrogated. The number of questionnaires which could be used was up to 133. A survey was given to patients in the postpartum period from October to December 2009 in the hospital of Angers through a written and anonymous questionnaire. The number of them which could be used was up to 137.

RESULTS A majority of professionals surveyed seemed to use cervical examinations for each pregnancy consultation. However, there were a lot who would be ready to change their methods to use a targeted one for the exam. Finally, the profession and the professional experiment seemed primordial in this type of practice. The patients, were for most, willing to be informed on their cervix during obstetrical examinations. Thus, this exam seemed reassuring for the majority of pregnant women. Eventually, there would exist a link between parity and this desire to be informed, and also between the type of practice of the practitioner and this same desire.

CONCLUSION Nothing seems to oppose a changing in the French methods, as regards cervical examination, for various reasons. First, the young professionals, who have just been graduated, seem to use this examination less often. Second, the patients consulting a practitioner who use a targeted one for the exam are less willing to be informed about their cervix. Thirdly, literature exposes the uselessness of the routine cervical examination during a low-risk pregnancy, for the prevention of preterm deliveries. What's more, no recommendation of practice, seems, in France, to indicate the use of this method for each obstetric consultation. Finally, there is no legislative law about the attitude to adopt as far as cervical examinations are concerned.

INTRODUCTION Diminuer la morbidité et la mortalité néonatale ; n'est-ce pas là l'objectif commun de l'Obstétrique et de la Pédiatrie ? Or, la prématurité est, à l'heure actuelle, la première cause de ces morbi-mortalités en France. Par conséquent, le dépistage des grossesses exposées à une menace d'accouchement prématuré est d'un intérêt certain. L'évaluation du col utérin par toucher vaginal semble être, dans l'hexagone, l'examen utilisé en première intention pour diagnostiquer ce risque. De plus, le recours à ce dernier paraît être fréquent dans le cadre du suivi de grossesse. Cependant, plusieurs pays européens n'ont pas opté pour un usage systématique du toucher vaginal au cours des consultations prénatales. Or, certains d'entre eux présentent un taux de prématurité semblable voire même inférieur au notre. Y a-t-il un intérêt à la pratique du toucher vaginal en systématique dans le suivi des grossesses à bas risque ?

OBJECTIF Afin d'élaborer une réflexion autour de nos pratiques, il apparaissait essentiel de se tourner vers les objectifs et les conséquences de cet examen. Ainsi, l'intérêt de notre travail portait à la fois sur les professionnels et les patientes.

METHODES Une analyse des pratiques professionnelles sur Angers à été réalisée entre septembre et décembre 2009 par l'intermédiaire d'un questionnaire écrit et anonyme. En milieu libéral (en ville) et hospitalier (public et privé), des gynécologues-obstétriciens, des sages-femmes et des médecins généralistes ont été interrogés. Le nombre de questionnaires exploitables s'élevait à 133. Une enquête auprès de patientes a été effectuée d'octobre à décembre 2009 dans le service de suites de couches du C.H.U. d'Angers par l'intermédiaire d'un questionnaire écrit et anonyme. Le nombre de questionnaires exploitables s'élevait à 137.

RESULTATS Une majorité de professionnels sondés paraissait recourir au toucher vaginal à chaque consultation de grossesse. Cependant, ils étaient nombreux à s'estimer prêts à modifier leur pratique pour s'orienter vers un usage ciblé de l'examen. Enfin, la profession et l'expérience professionnelle semblaient déterminantes dans le type de pratique adoptée. Les patientes, étaient pour la plupart dans l'attente d'être informées de leur col utérin lors des consultations obstétricales. Ainsi, la pratique de cet examen s'avérait être rassurant pour la majorité des femmes enceintes. Enfin, il existerait un lien entre la parité et le désir d'être avisé du col, ainsi qu'entre le type de pratique du professionnel (toucher vaginal systématique ou ciblé) et ce même désir.

CONCLUSION Rien ne semble s'opposer à une mutation des pratiques françaises, au sujet du toucher vaginal pendant la grossesse, pour plusieurs raisons. Premièrement, les jeunes professionnels, nouvellement diplômés, semblent recourir moins souvent à l'examen. Deuxièmement, les patientes consultant chez un praticien ayant opté pour une pratique ciblée du toucher vaginal sont moins désireuses d'être avisées de leur col. Troisièmement, le parcours de la littérature expose l'inutilité du toucher vaginal en systématique, dans le cadre de grossesse à bas risque, pour la prévention des accouchements prématurés. De même, aucune recommandation de pratique, ne semble, en France, indiquer l'usage de l'examen à chaque consultation obstétricale. Enfin, il n'existe aucun texte législatif statuant sur l'attitude à adopter vis-à-vis du toucher vaginal.

Fichier principal
Vignette du fichier
memoire_lorioux.pdf (631.93 Ko) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00658331 , version 1 (10-01-2012)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00658331 , version 1

Cite

Romain Lorioux. Y a-t-il un intérêt à la pratique du toucher vaginal en systématique dans le suivi des grossesses à bas risque ?. Gynécologie et obstétrique. 2010. ⟨dumas-00658331⟩
792 View
8746 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More