Dépistage en salle de naissance de l'atrésie de l'œsophage - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2011

Dépistage en salle de naissance de l'atrésie de l'œsophage

Abstract

Objectives : In spite of many recommendations on the tracking of the oesophageal atresia, the test that is made at birth always leads to some debate in the maternity hospitals. The main purpose of such a study is to evaluate whether a tracking on criteria is preferable to a systematic tracking but also to evaluate if this test must be carried out with the use of the probe or the syringe.

Population and method: It deals with a retrospective study of 19 new-born babies carrying oesophageal atresia and who were hospitalized at the CHU of Angers, between January 1996 and August 2010.

Results: More than the three quarters of the oesophageal atresia cases could be suspected in prenatal thanks to echographic signs. Moreover, clinical signs were detectable at birth in 73,8% of the cases. Criteria that were linked to the pregnancy, such as pathologies during the pregnancy and antecedents of termination of pregnancy, were found more frequently than in the general population. All the new-born babies of our study showed echographic, clinical signs and/or criteria. There are no more complications that are revealed whether the diagnosis is made in prenatal or neonatal. At the baby's birth, the tests were carried out mainly while using the gastric probe but rarely using the syringe technique. However, neither one nor the other has been completely reliable.

Conclusion: Tracking should be done at birth if there is a prenatal sign (characteristic of the pregnancy and/or echographic signs) or a clinical sign (low weight and/or hypersalivation, regurgitation, respiratory embarrassment) with the syringe, as long as echography does not allow an unquestionable diagnosis of pathology.

Objectifs : Malgré de nombreuses recommandations sur le dépistage de l'atrésie de l'oesophage, le test à la naissance fait toujours débat au sein des maternités. Cette étude a pour objectifs d'évaluer si un dépistage sur critères est préférable à un dépistage systématique, ainsi que d'évaluer si ce test doit être effectué par la sonde ou par la seringue.

Population et méthode : Il s'agit d'une étude rétrospective de 19 nouveau-nés porteurs d'atrésie de l'oesophage qui ont été hospitalisé au CHU d'Angers entre janvier 1996 et août 2010.

Résultats : Plus des trois quarts des atrésies de l'oesophage pouvaient être suspectées en anténatal par signes échographiques et des signes cliniques étaient présents à la naissance dans 73,8%. Des critères liés à la grossesse ont été retrouvés plus fréquents que dans la population générale, tels que les pathologies au cours de la grossesse et des antécédents d'interruption de grossesse. La totalité des nouveau-nés de notre étude présentait des signes échographiques, cliniques et/ou des critères. Il n'apparaît pas plus de complications que le diagnostic soit fait en anténatal ou néonatal. Les tests effectués à la naissance étaient principalement par la sonde gastrique et rarement par la seringue. Ni l'un ni l'autre n'a été totalement fiable.

Conclusion : Le dépistage devrait se faire sur un signe anténatal (caractéristique de la grossesse et/ou signes échographiques) ou sur un signe clinique à la naissance (hypotrophie et/ou hypersalivation, régurgitation, gêne respiratoire) par le test à la seringue, tant que l'échographie ne permet pas un diagnostic certain de la pathologie.

Fichier principal
Vignette du fichier
memoire_guerin.pdf (767.11 Ko) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00662742 , version 1 (25-01-2012)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00662742 , version 1

Cite

Myriam Guérin. Dépistage en salle de naissance de l'atrésie de l'œsophage. Gynécologie et obstétrique. 2011. ⟨dumas-00662742⟩
1354 View
13771 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More