Collaboration médecins généralistes et psychiatres : cas particulier du syndrome métabolique sous antipsychotiques atypiques - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

Collaboration médecins généralistes et psychiatres : cas particulier du syndrome métabolique sous antipsychotiques atypiques

Abstract

The prescription of atypical antipsychotics (AAP) is becoming a more and more common habit, given the extension of the indication and the tolerance of the molecules. The arisen of side effects under atypical antipsychotics, and specifically the appearance of a metabolic syndrome is widely admitted today, leading the AFSSAPS to publish recommendations for the follow up of patients treated by AAP. Our objective was to do an inventory on the team work between general practitioners (GP) and psychiatrists in this specific situation, as well as an evaluation of the supervision of the patients treated by AAP; the knowledge of the recommendation by the doctors of these two specialties and to elaborate propositions to improve the collaboration. In order to accomplish this task, we have done a questionnaire intended to general practitioners and psychiatrists who practice in ambulatory in Grenoble (Data collected via the Yellow Pages). We have received 76 answers among the 244 contacted doctors (28 from the psychiatrist and 46 from the general practitioners) based on which we have done statistical analyses. Besides, we have contacted the CRAM of Lyon, who have provided us with the requested information in term of numbers of prescriptions for 4 AAP for the first half-year / semester of 2011. The most relevant results of our study confirm that, most of the time, the collaboration isn't fully satisfactory between GPs and psychiatrists, which leads to a under-achievement medical supervision of the patients (even though it is well known by doctors that the metabolic side effect are very common). There is an important difference between the statements done by the GP in the questionnaire, who declare issuing fewer prescriptions than shown in the CRAM results. The solutions proposed are often simple and realistic, such as communication over the phone between GPs and psychiatrists, introducing ourselves at the time of settlement, multidisciplinary meetings... all of these mentioned solutions are methods that already exist but which are currently not used to their full potential. There is a significant difference between GPs (41%) and psychiatrists (93%) about the knowledge of the recommendations of AFSSAPS. In this two specialties, a real need of working together appears, as well as an acknowledge of the contribution of each one, who just request to set up. The called reasons were: the lack of time, the difference of opinion.
La prescription d'antipsychotiques atypiques (APA) est un geste devenant de plus en plus fréquent, au vu de l'élargissement des indications et de la tolérance correcte de ces psychotropes. La survenue fréquente d'effets indésirables métaboliques et, en particulier, l'apparition d'un syndrome métabolique sous antipsychotiques atypiques, n'est plus remise en question aujourd'hui, ayant conduit à la publication de recommandations pour le suivi cardio-vasculaires des patients sous APA par l'AFSSAPS en 2011. Nous avons voulu faire un état de lieux sur la collaboration entre médecins généralistes et psychiatres dans cette situation précise ainsi qu'une évaluation du suivi des patients sous APA, de l'état des connaissances des recommandations des médecins de ces deux spécialités et enfin élaborer des propositions d'amélioration de cette collaboration. Pour réaliser ce travail, nous avons construit un questionnaire destiné aux médecins généralistes et aux psychiatres d'exercice ambulatoire à Grenoble (recueil réalisé dans l'annuaire des Pages Jaunes électroniques). Nous avons reçu 76 réponses sur les 244 médecins contactés (28 de psychiatres et 46 de médecins généralistes) sur lesquels avons ensuite réalisé des analyses statistiques. Par ailleurs, nous avons contacté la caisse régionale d'assurance maladie (CRAM) de Lyon, qui a pu nous communiquer des données en termes de nombre de prescriptions, pour 4 antipsychotiques, sur le premier semestre de l'année 2011. Les principaux résultats de notre étude confirment une collaboration globalement non satisfaisante entre médecins généralistes et psychiatres, avec en conséquence un suivi non optimal des patients (bien que la fréquence des effets indésirables métaboliques soit bien connue du corps médical). Les raisons invoquées sont : le manque de temps, les divergences d'opinion... Les solutions proposées sont souvent simples : téléphones, présentation à l'installation, réunions pluridisciplinaires... et consistent finalement en un vœu de mise en application de méthodes déjà existantes mais sous-exploitées. Il existe une différence importante entre les résultats de nos questionnaires dans lesquels les médecins disent généralement prescrire peu souvent d'APA, et les résultats de la CRAM qui décrivent un volume de prescriptions important pour médecins généralistes et psychiatres. Il existe aussi une différence significative entre les MG (41%) et les psychiatres (93%) concernant la connaissance des recommandations. Dans les deux spécialités apparaît un véritable besoin de travailler ensemble et une reconnaissance de l'apport de chacune des deux parties, qui ne demande plus aujourd'hui qu'à se mettre en place.
Fichier principal
Vignette du fichier
2012GRE15008_simand_mathilde_et_windey_claire_1_D_.pdf (3.63 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00666961 , version 1 (06-02-2012)

Identifiers

Cite

Mathilde Simand, Claire Windey. Collaboration médecins généralistes et psychiatres : cas particulier du syndrome métabolique sous antipsychotiques atypiques. Médecine humaine et pathologie. 2012. ⟨dumas-00666961⟩
203 View
743 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More