Santé de l'abeille domestique en paysage agricole - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

Santé de l'abeille domestique en paysage agricole

Mathilde Roger
  • Function : Author

Abstract

The honeybee, as numerous other animal and vegetal species, is in general decline. Many factors are suspected to be involved, either alone or in combination but all related with a global change, particularly the evolution of apicultural and agricultural practices and the arrival of new diseases and parasites. The intensification of agricultural landscapes decreases the availability of resources and the crop protection exposes the honeybee colonies to pesticides. Nevertheless, a deficiency of nutrition in terms of quantity, quality, or diversity and some pesticides can lead to worsening of sanitary states of colonies. That is why the hypothesis is emitted, considering that several foraging environment in terms of agricultural practices, intensification and land uses can lead to a variability of sanitary states of colonies. Honeybee health is not just defined by the absence of diseases, but also by an important adult population, which well fed, able to produce brood and having a fertile queen. The follow-up of colonies in open space and under professional apicultural conditions permit to put in relation the honey bee health with landscaping parameters. The pathologies are first described (frequency of occurrence, annual evolution) and as no strong correlation has been found, two indicators of honeybee health has been created by a multivariate Analysis, and together with the varroa pressure, have been used in analyzing the effect of honey bee health on essential hive parameters. Diseases seem then to affect the most efficient colonies considering the production of brood, adult and honey harvest. Only the varroa population has been shown to be related to the tested landscaping parameters. In the foraging environment of 2km, the most important is the proportion of cultures under crop protection and offering nectar and/or pollen resources, the most population of varroa are present in the hive. To conclude with, the study put a lower place for the diseases and reproduction accidents in the puzzle of weakening factors during the season. In our agricultural landscapes, crop protection products, quality, quantity and diversity of pollen seem to have a direct influence on colonies more important that the indirect ones on diseases.
L'abeille domestique (Apis Mellifera L.), tout comme de nombreuses autres espèces animales et végétales, est sujette à un déclin généralisé. Celui-ci trouverait son origine dans la combinaison de plusieurs facteurs liés à un changement global, notamment l'évolution des pratiques apicoles, agricoles et l'arrivée de nouveaux parasites et maladies. L'intensification des paysages agricoles diminue la disponibilité des ressources, et la protection des cultures expose les colonies aux produits phytopharmaceutiques. Or, un déficit de nutrition en quantité, qualité ou diversité, et certains insecticides peuvent engendrer l'aggravation de l'état sanitaire des colonies. C'est pourquoi l'hypothèse est émise que des environnements de butinage différents en termes de pratiques, intensifications agricoles et occupation des sols peuvent engendrer une variabilité d'états sanitaires des colonies. La santé de l'abeille n'est alors pas seulement définie par l'absence de maladie, mais aussi par la présence de nombreux individus, bien nourris, capables de produire du couvain et ayant une reine fertile. Le protocole de suivi des colonies en milieu ouvert et en conditions apicoles professionnelles permet de mettre en relation la santé de l'abeille avec des paramètres paysagers. Les pathologies sont tout d'abord décrites (fréquence d'occurrence, évolution annuelle) et étant donné l'absence de corrélation forte entre elles, deux indicateurs d'état de santé de colonies ont été créés, et avec la pression varroa, ont été utilisés pour analyser les impacts de la santé des colonies sur des paramètres essentiels de la ruche. Les maladies semblent alors avoir affecté les colonies les plus performantes en termes de quantité de couvain, d'adultes et de production de miel. Puis les indicateurs de maladies, et les pressions en varroa, sont mis en lien avec des paramètres paysagers censés influencer la santé des colonies. Seule la pression varroa est dépendante des paramètres paysagers testés : dans un environnement de butinage de 2km, plus importante est la part de cultures offrant des ressources en nectar et/ou en pollen mais nécessitant une protection phytosanitaire, plus la pression en varroa est élevée. Pour conclure, l'étude donne une place bien modeste des maladies et accidents de reproduction dans le puzzle des facteurs d'affaiblissements en cours de saison. Dans nos paysages agricoles, les produits phytosanitaires, la qualité, quantité et diversité de pollen auraient ainsi un impact direct sur les colonies plus important que leur impact indirect sur les maladies.
Fichier principal
Vignette du fichier
Mathilde_Roger_Sante_abeille_domestique_paysage_agricole.pdf (2.08 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00741815 , version 1 (15-10-2012)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00741815 , version 1

Cite

Mathilde Roger. Santé de l'abeille domestique en paysage agricole. Sciences agricoles. 2012. ⟨dumas-00741815⟩
252 View
1460 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More