Évaluation de la stratégie diagnostique et identification de facteurs pronostiques à partir de 306 cas de spondylodiscites infectieuses - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

Évaluation de la stratégie diagnostique et identification de facteurs pronostiques à partir de 306 cas de spondylodiscites infectieuses

Abstract

Définir les investigations les plus pertinentes pour identifier le ou les germes impliqués au cours d'une spondylodiscite infectieuse et mettre en évidence des facteurs de risque de mauvais pronostic (décès, rechute, récidive) ou de douleur séquellaire à moyen et long terme. PATIENTS ET MÉTHODE : Étude rétrospective bicentrique portant sur 306 patients atteints de spondylodiscite infectieuse et suivis entre 2000 et 2009. Étude des dossiers et rappel téléphonique systématique des patients et/ou de leur médecin traitant. Analyse statistique uni- et multivariée. RÉSULTATS: La probabilité d'isoler un germe est significativement plus faible lors de l'absence de fièvre (p<0,01 ; OR=2.19 [1.23-3.94]) ou de syndrome inflammatoire (p<0,01 ; OR=3.35 [1.27-8.81]) ainsi que dans un contexte de chirurgie rachidienne récente (p<0,001; OR=0.29 [0.14-0.59]), d'antibiothérapie préalable (p<0,01 ; OR=0.43 [0.23-0.78]) ou d'antécédent de cancer (p<0,01 ; OR=0.42 [0.22-0.81]). Le recours à une ponction biopsie disco-vertébrale (PBDV) (p<0,0001; OR=0.29 [0.16-0.55]) même avec rinçure (p<0,01 ; OR=0.45 [0.26-0.78]) ou analyse complémentaire par PCR (p<0,0001; OR=0.17 [0.08-0.36]) n'est pas associée à une meilleure probabilité d'identification de germe. Le délai diagnostique est significativement allongé dans le groupe de patient sans germe isolé (p<0,01). Un mauvais pronostic est significativement et indépendamment associé à la présence initiale d'un trouble neurologique (p<0.0001), ainsi qu'à un âge plus élevé (p<0.0170), antécédent de cirrhose (p<0.01 ; OR=6,4 [1,7449,05]) ou d'une épidurite (p<0.001 ; OR=3,07 [1,42-6,61]). Toutes localisations confondues, les douleurs rachidiennes séquellaires à moyen terme sont significativement associées, de façon indépendante, à la présence au moment du diagnostic d'une lombalgie (p<0.01 ; OR=2.36 [1.28-4.34]), d'une radiculalgie (p<0.01 ; OR=2.73 [1.46- 5.10]) ou en cas de chirurgie rachidienne récente (p<0.01 ; OR=4.17 [1.61- 10.78]). Elles sont également significativement associées à une raideur (p<0.0001; OR=1,12 [5.55-26.43]), un trouble neurologique (p=0.0365; OR=2,62 [1.03-6.65]) ou une discopathie séquellaire (p<0.001; OR=2.85 [1.50-5.37]), Quant aux douleurs à long terme, elles sont significativement plus fréquentes si la spondylodiscite fait suite à une chirurgie rachidienne (p<0,02 ; OR=3 [1,09-8,23]). CONCLUSION : La probabilité d'isoler un agent pathogène est plus faible en cas de tableau clinico-biologique initial moins sévère. Cependant, le recours à un traitement antibiotique selon les recommandations en vigueur permet d'assurer un pronostic vital et fonctionnel identique, qu'un germe soit retrouvé ou non. La réalisation d'une seconde PBDV, voire même d'un prélèvement chirurgical, ne semble pas justifiée.
Fichier principal
Vignette du fichier
GUYADER_PAULINE.pdf (2.65 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00746575 , version 1 (29-10-2012)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00746575 , version 1

Cite

Pauline Guyader. Évaluation de la stratégie diagnostique et identification de facteurs pronostiques à partir de 306 cas de spondylodiscites infectieuses. Médecine humaine et pathologie. 2012. ⟨dumas-00746575⟩
198 View
2477 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More