Identification des freins des médecins généralistes à pratiquer le dépistage des violences conjugales auprès de leurs patientes‎ : étude qualitative par entretiens semi dirigés avec des médecins libéraux et salariés en Isère - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

Identification des freins des médecins généralistes à pratiquer le dépistage des violences conjugales auprès de leurs patientes‎ : étude qualitative par entretiens semi dirigés avec des médecins libéraux et salariés en Isère

Abstract

BACKGROUND: Domestic violence against women is a public health problem, which is not enough spotted by general practitioners. Our main objective is to identify barriers to screening. It is also to identify the representation doctors have of their role, and to know better what they need to improve their practice. METHOD: Qualitative study with 17 semi-directive interviews conducted with general practitioners, either liberal or employed in Health Centers or in Planning Familial. RESULTS: It is recognized that intimate partner violence screening is the responsibility of general practitioners. Their main obstacle to the treatment of victims is a lack of awareness: ignorance of the prevalence, of certain risk situations (perinatal period) and of potential severity of the impact (death hardly mentioned). The other barriers are material (lack of time, lack of availability), emotional (feeling of failure related to the complexity of the situation, desire of self protection) and logistical (lack of tools, lack of training, unfamiliarity with the network). Systematic screening is badly accepted. Family doctor has a particular awkward position. Salaried doctors feel more comfortable with the problem than liberal ones. CONCLUSION: Raising awareness of doctors and public, developing and promoting a network are solutions to improve intimate partner violence screening.
INTRODUCTION : Les violences conjugales faites aux femmes sont un problème de santé publique sous repéré par les médecins généralistes. L'objectif principal est d'identifier les freins des praticiens à réaliser ce dépistage. Il s'agit aussi de cerner la représentation qu'ils se font de leur rôle ainsi que leurs besoins pour améliorer leur pratique. MÉTHODE : Étude qualitative par 17 entretiens semi-dirigés réalisés auprès de médecins isérois libéraux et salariés de Centres de Santé ou du Planning Familial. RÉSULTATS : Il est admis que le dépistage incombe au médecin généraliste. Le frein principal est un manque de sensibilisation : méconnaissance de la prévalence, de certaines situations à risques (périnatalité) et de la gravité des répercussions (décès peu évoqué). Les autres freins sont matériels (contraintes horaires, manque de disponibilité), émotionnels (sentiment d'échec lié à la complexité de la situation, volonté de se protéger), et logistique dans la prise en charge des victimes (manque d'outils, de formations, méconnaissance du réseau). Le dépistage systématique est mal accepté. La position délicate du médecin de famille apparaît clairement. Les médecins salariés sont plus à l'aise avec la problématique. CONCLUSION : Sensibiliser les médecins et le grand public, former les praticiens, faire connaître et développer le réseau de partenaires sont des solutions pour améliorer le dépistage des femmes victimes de violence conjugale.
Fichier principal
Vignette du fichier
2012GRE15122_boismain_amelie_et_gaudin_marie_1_D_.pdf (2.75 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00751787 , version 1 (14-11-2012)

Identifiers

Cite

Amélie Boismain, Marie Gaudin. Identification des freins des médecins généralistes à pratiquer le dépistage des violences conjugales auprès de leurs patientes‎ : étude qualitative par entretiens semi dirigés avec des médecins libéraux et salariés en Isère. Médecine humaine et pathologie. 2012. ⟨dumas-00751787⟩
601 View
2993 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More