Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Conséquences du changement d'horaire saisonnier chez le patient atteint de la maladie de Parkinson

Résumé : Les objectifs de ce travail prospectif réalisé sur la période de mars 2011 à mars 2012 en Haute Normandie étaient d'évaluer les conséquences du changement d'horaire saisonnier (lié à l'heure d'été) sur les fluctuations motrices et non-motrices de la maladie de Parkinson chez les patients parkinsoniens tous stades confondus, via un auto-questionnaire. Patients et méthodes. Les patients ont été contactés lors des réunions du réseau France Parkinson haut normand et lors des consultations de mouvements anormaux du CHU de Rouen. Les conséquences motrices du changement d'horaire étaient évaluées par comparaison de la durée moyenne de off sur 3 jours avant et après les changements d'horaire saisonnier. Elle était obtenue à l'aide d'un agenda des fluctuations. L'évaluation des signes non-moteurs avant et après le changement d'horaire comprenait une échelle de somnolence diurne (échelle d'Epworth), un score de dépression (la Beck Depression Inventory), un auto-questionnaire des fluctuations motrices et non-motrices (dysautonomiques, cognitivo-psychiques, sensitivo-douloureures), un questionnaire de dépistage des signes de psychose associée à la maladie de Parkinson. Résultats. L'étude a été réalisée sur trois changements d'horaire : deux au printemps et un en automne. 83 patients (52 hommes et 31 femmes) âgés en moyenne de 67 ± 7.7 ans ont participé à cette étude. La durée moyenne d'évolution de la maladie était de 10.4 ± 6.4 ans et la dose d'équivalent dopa journalière de 714 ± 344 mg. La sévérité moyenne de la maladie (score Hoehn and Yahr) était de 1.7 ± 0.7. Avec le changement d'horaire, la période de off était aggravée de 2.4 minutes (ns) dans la population totale. De même, la comparaison des autres scores ne révélaient aucune différence significative. Au contraire de la population totale, il existait une modification de la période off chez 100% des patients avec fluctuations motrices (durée de off supérieure à 2 heures). La comparaison des résultats moteurs obtenus aux printemps et en automne révèle une tendance inverse (ns) : amélioration au printemps et aggravation en automne. L'analyse statistique par régression linéaire multiple a montré que la durée d'évolution de la maladie et l'échelle de dépression de Beck étaient des facteurs prédictifs indépendants de l'aggravation de la durée de off. Conclusion. Lors des changements d'horaires saisonnier et selon le stade de la maladie, certains patients parkinsoniens peuvent présenter une amélioration ou une aggravation de leur symptomatologie. Elle peut être le reflet d'une atteinte des structures contrôlant les cycles circadiens. Actuellement, aucune recommandation concernant l'ajustement thérapeutique à réaliser lors de cette période n'existe.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [106 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00759145
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, November 30, 2012 - 10:31:52 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 5:00:47 PM
Long-term archiving on: : Friday, March 1, 2013 - 3:46:29 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00759145, version 1

Citation

Damien Fetter. Conséquences du changement d'horaire saisonnier chez le patient atteint de la maladie de Parkinson. Médecine humaine et pathologie. 2012. ⟨dumas-00759145⟩

Share

Metrics

Record views

276

Files downloads

990