Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Intérêt de la détection du remaniement du gène ALK en cancérologie pulmonaire : comparaison de 2 techniques de détection (FISH et IHC) sur une série de 254 patients porteurs d'un adénocarcinome pulmonaire

Résumé : La découverte de driver mutations a modifié la prise en charge thérapeutique des adénocarcinomes pulmonaires avec notamment depuis 2005 la prescription d'inhibiteurs de tyrosine kinase ciblant les mutations activatrices d'EGFR. En 2007, l'équipe de Soda a identifié une inversion impliquant le gène ALK présente dans environ 5% des carcinomes pulmonaires non à petites cellules. Elle induit une surexpression de la protéine ALK, puissante molécule oncogénique (driver mutation). Ces adénocarcinomes présentent alors une sensibilité à un inhibiteur de la tyrosine kinase (le crizotinib), la mise en évidence de cette inversion est une étape essentielle dans la prise en charge d ces tumeurs. L'INCa a financé en 2012 la technique d'hybridation comme test de détection. La détection immunohistochimique de réarrangement de ALK semble être une technique alternative beaucoup plus abordable et efficace, d'autant plus que c'est bien la protéine ALK qui est la cible du crizotinib. Les données récentes ont confirmé l'intérêt de cette méthode de détection OBJECTIFS : Caractériser le profil morphologique et immunohistochimique des carcinomes pulmonaires non à petites cellules (CPNPC) remaniés pour le gène ALK (ALK+) et comparer la technique de FISH à celle d'IHC pour le screening de ces patients. MATÉRIELS ET MÉTHODES : 254 CPNPC de phénotype EGFR et KRAS sauvages ont été testés par FISH (sonde Vysis® break apart de chez Abbott®) en prospectif dont 130 cas par IHC (anticorps anti-ALK clone 5A4 de chez Abcam®). Le seuil de positivité a été fixé à 15% de cellules remaniées. RÉSULTATS : Sur les 254 cas, reçus à la plateforme régionale de Haute Normandie, 216 prélèvements ont pu être testés par FISH. Un remaniement du gène ALK a été identifié dans 9 de ces cas (soit 4,3%). En parallèle, 130 de ces prélèvements ont été testés par l'IHC incluant les 9 cas positifs identifiés en FISH. Nous n'avons observé aucun faux positif, cependant parmi les 9 cas détectés en FISH, 2 cas se sont révélés négatifs. L'un de ces 2 cas a été relu par une autre équipe qui a également observé un remaniement en FISH et l'analyse par RT-PCR n'a pas mis en évidence d'inversion EML4-ALK. Nous pouvons dès lors supposer que le gène partenaire de ALK n'est vraisemblablement pas EML4 et que, par conséquent, soit la protéine de fusion ne présente pas d'épitope pour le clone 5A4 soit qu'aucune protéine n'a été synthétisée. Le second cas négatif présentait un taux de cellules remaniés en FISH inférieur à 20%. Nous avons donc émis deux hypothèses supplémentaires, à savoir un seuil de positivité trop bas ou une surestimation du nombre de cellules remaniées. À noter que 38 cas (soit 15%) n'ont pu être analysés, le matériel étant insuffisant pour 9% des cas et la technique ayant échoué dans 6% des cas. CONCLUSION : Si la sensibilité et la spécificité de la FISH sont excellentes, celles de l'IHC sont également élevées (respectivement de 88% et 100%). De plus, l'IHC est une technique reproductible, moins coûteuse et plus rapide à interpréter que la FISH. Elle a donc toute sa place dans le screening des remaniements ALK des CPNPC. Cependant, la possibilité de faux positifs en IHC incite à conserver la FISH en première intention dans certains cas particuliers : patients non-fumeurs et/ou âgés de moins de 50 ans.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [79 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00763267
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Monday, December 10, 2012 - 2:27:40 PM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Monday, March 11, 2013 - 12:30:19 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00763267, version 1

Citation

Dalila Mehdaoui. Intérêt de la détection du remaniement du gène ALK en cancérologie pulmonaire : comparaison de 2 techniques de détection (FISH et IHC) sur une série de 254 patients porteurs d'un adénocarcinome pulmonaire. Médecine humaine et pathologie. 2012. ⟨dumas-00763267⟩

Share

Metrics

Record views

1775

Files downloads

3499