Le dépistage de la dépression du post-partum par l'Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS). Enquête auprès de 52 médecins généralistes Haut-Normands sur l'intérêt et l'utilisation pratique de cet outil - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

Le dépistage de la dépression du post-partum par l'Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS). Enquête auprès de 52 médecins généralistes Haut-Normands sur l'intérêt et l'utilisation pratique de cet outil

Abstract

La dépression du post-partum est fréquente, affectant 10 à 15% des femmes dans l'année qui suit l'accouchement. Ses conséquences sur les interactions mère-bébé et sur le développement de l'enfant peuvent être graves, son dépistage représente donc un réel enjeu. Pourtant, la dépression du post-partum est méconnue par les médecins, et son diagnostic est limité par le défaut d'expression spontanée des mères. Un outil de dépistage présenté sous forme d'auto-questionnaire a été conçu en Écosse en 1987 et validé en France en 1998 : l'Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS). Destiné aux professionnels de premiers recours, il est souvent utilisé dans les études de recherche, mais très rarement en pratique médicale courante. Nous avons voulu savoir si l'outil EPDS présentait un intérêt pour les médecins généralistes. Notre enquête a recueilli l'avis de 52 médecins généralistes Haut-Normands. Ils ont testé la faisabilité de distribution, de cotation et d'interprétation de l'EPDS, au cours de consultations non dédiées, quand une jeune mère consultait pour elle-même ou pour son nourrisson de moins d'un an. Nous avons récupéré 299 EPDS, chaque médecin ayant distribué 6 EPDS en moyenne avant de donner son opinion. Nos résultats indiquent que l'EPDS est un outil bien accepté par les patientes, d'interprétation aisée et facile à administrer en médecine générale. Il est jugé utile par une majorité de médecins. Un médecin sur quatre ne souhaite cependant pas le réutiliser dans sa pratique quotidienne. Certains préfèrent aborder le sujet délicat des troubles de l'humeur du post-partum par le dialogue, d'autres avancent le manque de temps comme principal frein à l'utilisation de l'EPDS. Les médecins qui souhaitent réutiliser l'EPDS le feront en majorité occasionnellement, quand ils auront des doutes sur l'état psychologique d'une mère, et non comme dépistage systématique. Pour mieux repérer les dépressions du post-partum, la passation de l'EPDS peut être utile dans un but d'écoute et d'ouverture, en privilégiant un espace authentique de parole. La consultation postnatale, entre la 6e et la 8e semaine après l'accouchement, représente une période propice au dépistage. Pour compléter la diffusion de l'EPDS auprès des omnipraticiens, la formation des médecins et l'efficacité d'un réseau de soins centré sur la dyade mère-enfant sont indispensables.
Fichier principal
Vignette du fichier
Meunier_Sarah.pdf (2.42 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00765420 , version 1 (14-12-2012)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00765420 , version 1

Cite

Sarah Meunier. Le dépistage de la dépression du post-partum par l'Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS). Enquête auprès de 52 médecins généralistes Haut-Normands sur l'intérêt et l'utilisation pratique de cet outil. Médecine humaine et pathologie. 2012. ⟨dumas-00765420⟩
639 View
4234 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More