De l'Orient à l'Occident, une plante hallucinogène‎ : le Khat - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2013

De l'Orient à l'Occident, une plante hallucinogène‎ : le Khat

Abstract

Khat (Catha edulis Forsk.), Family Celastraceae, is a plant endemic to East Africa and Yemen. Traditionally consumed during long chewing sessions, its leaves are used for their euphoric and stimulating properties. Cathinone, khat main alkaloid responsible for these effects, leads to various adverse effects of three types : short-term (insomnia, lethargy, depression), medium and long term (hypertension, diabetes, oral diseases, cancers, etc... ). The direct link between khat and illness is not always highlighted, but is not excluded. The use of this plant as an anorectic or against smoking cessation is now obsolete. Nevertheless, there is keen interest in cytotoxic alkaloids of this plant to develop new therapeutics against cancer. Synthetic drugs derived from khat are highly developed in Western countries the last few years. Thus, the use of mephedrone increases in young people due to the decrease in the quality of other drugs and an attractive price. It is also noteworthy that the consumption of Khat has social implications, particularly in family life and the economic sphere. On legislation towards this hallucinogenic plant, it is not uniform throughout the world; in France, khat was registered on the list of narcotics in 1957.
Le khat (Catha edulis Forsk.), de la famille des Célastracées, est une plante endémique de l'est de l'Afrique et du Yémen. Traditionnellement consommées lors de longues séances de mastication, ses feuilles sont utilisées pour leurs propriétés euphorisantes et stimulantes. La cathinone, principal alcaloïde du khat responsable de ces effets, conduit à divers effets indésirables de trois types : à court terme (insomnie, léthargie, dépression), à moyen et long terme (hypertension artérielle, diabète, affections buccales, cancers, etc.). Le lien direct entre khat et maladie grave n'est pas systématiquement mis en évidence, mais n'est cependant pas à exclure. L'utilisation de cette plante comme anorexigène ou contre le sevrage tabagique est aujourd'hui désuète. Néanmoins, on s'intéresse de près aux propriétés cytotoxiques des alcaloïdes de cette plante pour développer de nouvelles thérapeutiques contre le cancer. Les drogues de synthèse issues du khat se sont fortement développées dans les pays occidentaux au cours de ces dernières années. Ainsi, la méphédrone prend une place grandissante auprès des jeunes du fait de la diminution de la qualité des autres drogues et de son prix attractif. Il est aussi à signaler que la consommation de Khat a des répercussions sociales, en particulier sur la vie de famille, et sur le plan économique. Concernant la législation vis à vis de cette plante hallucinogène, elle n'est pas uniforme de par le monde ; en France, le khat a été inscrit sur la liste des stupéfiants en 1957.
Fichier principal
Vignette du fichier
2013GRE17002_zakar_nicolas_1_D_.pdf (3.64 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00780547 , version 1 (24-01-2013)

Identifiers

Cite

Nicolas Zakar. De l'Orient à l'Occident, une plante hallucinogène‎ : le Khat. Sciences pharmaceutiques. 2013. ⟨dumas-00780547⟩
429 View
4462 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More