Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Raison collective et progrès économique : la théorie du cycle de François Simiand

Résumé : La science économique doit dégager des lois pour Simiand, elle a pour but de fournir une explication des relations entre les différents faits ou "catégories de faits". Simiand critique les théories sans faits (l'économie conceptuelle qui fabrique des "systèmes hypothétiques de relations entre éléments conçus par l'esprit") mais il ne veut pas non plus une accumulation de faits sans théorie (à laquelle aboutit la démarche historique). Cette double critique permet de situer Simiand, il se base sur les faits mais tente de dégager des relations entre ces derniers une "liaison rationnelle". C'est le statut de cette rationalité qui doit être questionné. La démarche de Simiand est intéressante de par les perspectives qu'elle offre à la science économique. La volonté de "connaître et expliquer la réalité économique" semble être un objectif au moins louable, sinon indispensable à une science économique bien constituée. Mais il s'agit de voir si dans l'application de cette méthode, Simiand respecte bien ses propres principes. Pour vérifier cela, nous étudierons sa théorie du cycle, travail théorique essentiel du sociologue. De la même manière que Durkheim a employé les principes de sa méthode pour la première fois dans son étude du suicide, c'est à travers son étude des fluctuations longues que Simiand a éprouvé la sienne. Son attachement à la méthode est tel qu'il revient sans cesse aux préceptes qu'il a fourni, rendant parfois la lecture de ses ouvrages fastidieuse. Mais cette volonté de respecter scrupuleusement une méthode établie et d'expliquer précisément au lecteur la démarche suivie doit être soulignée et saluée. Cette théorie du cycle est particulièrement originale par rapport à celles de ses contemporains en ce sens qu'elle utilise de manière systématique une méthode bien précise. Le résultat auquel elle aboutit est celui d'un progrès économique spontané, non voulu de manière consciente par les individus, mais bien réel. En réalité, si l'on parcours l'ensemble de l'œuvre de Simiand, on comprend mieux comment on aboutit à ce progrès économique. La conception de la monnaie et de la psychologie des individus sont au fondement de ce que Simiand appelle une "raison collective", laquelle entraîne "providentiellement" le progrès. On reconnaît ici le rationalisme de Simiand mais on perçoit aussi, et surtout, une dérive possible de la méthode positive. La question est donc de savoir s'il n'existe pas une contradiction entre la méthode prescrite par Simiand et son application concrète. Plus concrètement, Simiand respecte-il bien sa philosophie dans la construction de sa théorie du cycle ? Le terme "philosophie" ne nous semble pas usurpé, la question du rejet du finalisme dépasse la simple question de l'application d'une méthode, il s'agit bien d'une certaine conception de la science. Si nous en arrivons au dégagement d'une "dérive" au sens d'un "rationalisme forcé" de la théorie, d'une volonté de "faire comprendre coûte que coûte", alors il faudra se poser la question du pourquoi de cette dérive. Nous verrons qu'il est possible de voir en l'appartenance de Simiand à l'école durkheimienne une explication de cette dernière. En creux se trouve bien la question de la possibilité d'une science économique positive. Ou, plus précisément, la question de la possibilité de lois économiques tirées des faits, sans prénotions, comme l'entend Simiand. C'est pour cela que l'étude de l'application de sa méthode est si importante : s'il a échoué cela est aussi porteur d'enseignements. Afin de répondre aux questionnements de ce mémoire, il nous faudra d'abord passer par un détour. Il est essentiel de voir comment Simiand a appliqué sa méthode à l'étude des fluctuations longues. Nous relèverons ainsi les éléments qu'il faudra questionner plus loin. Cela nous permettra également de saisir sa mécanique du cycle (Chapitre 1). Mais, comme nous l'avons évoqué plus haut, les déterminants du cycle chez Simiand sont bien singuliers et conduisent l'auteur à dégager une "raison collective". Il est très important d'étudier ces déterminants et cette "raison collective" à la source du progrès économique, car son statut est bien particulier et devra être questionné (Chapitre 2). Une fois passé par ce détour, nous aurons les éléments pour mettre en perspective de manière sérieuse Simiand et sa méthode, évaluer les contradictions et les dérives de cette "science économique positive" (Chapitre 3).
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [3 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00817854
Contributor : Centre de Documentation Du Centre d'Économie de la Sorbonne <>
Submitted on : Thursday, April 25, 2013 - 2:44:11 PM
Last modification on : Monday, February 22, 2021 - 3:26:02 PM
Long-term archiving on: : Friday, July 26, 2013 - 4:04:06 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00817854, version 1

Citation

Fabien Vayssière. Raison collective et progrès économique : la théorie du cycle de François Simiand. Economies et finances. 2012. ⟨dumas-00817854⟩

Share

Metrics

Record views

891

Files downloads

712