Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Évaluation de l'exposition professionnelle à la pollution atmosphérique urbaine d'agents de police municipaux

Résumé : Dans les pays dits "développés", la pollution atmosphérique urbaine est, à l'heure actuelle, plus due aux gaz d'échappement des véhicules qu'aux émanations industrielles. En effet, ces dernières ont été sévèrement légiférées et de ce fait réduites, alors que le nombre de véhicules n'a fait qu'augmenter. De façon parallèle, la prévalence des pathologies irritatives (broncho-pulmonaires, ORL, ophtalmologiques) n'a cessé de progresser. Des études expérimentales et épidémiologiques ont mis en évidence une relation entre l'exposition à l'ozone, au dioxyde d'azote, aux particules et aux aldéhydes et ces affections irritatives, tout en ayant du mal à bien individualiser les effets propres de chacun des polluants. De plus, certains d'entre eux, comme les particules alvéolaires, les HAP, le benzène ou le formaldéhyde auraient un potentiel cancérogène pour des expositions à de fortes doses. Mais cet effet reste à évaluer pour des doses plus faibles. Ainsi, en tant que médecins du travail, notre étude a consisté à évaluer l'exposition individuelle de sujets qui sont, de part leur profession, exposés de façon importante à la pollution atmosphérique urbaine. Nous avons fait une évaluation de la fonction respiratoire par des explorations fonctionnelles respiratoires (spirométries et débimétries étagées). En parallèle, nous avons réalisé une évaluation toxicologique de l'atmosphère par des prélèvements atmosphériques individuels et d'ambiance de polluants (particules alvéolaires, plomb, hydrocarbures aromatiques polycycliques, aldéhydes, benzène-toluène-xylènes). Les sujets qui ont participé à l'étude étaient 20 agents municipaux de la ville de Grenoble qui travaillent à pied, en centre ville, toute la semaine ouvrable, sept heures par jour. Les prélèvements d'ambiance ont eu lieu sur une place du centre ville de Grenoble. Deux campagnes de prélèvements ont été réalisées : l'une en été au mois de juin 1996 pendant 15 jours, et l'autre en hiver au mois de janvier 1997 pendant une semaine. Pour les prélèvements métrologiques, les valeurs de toxiques que nous avons trouvées sont faibles par rapport à celles mesurées en milieu professionnel et toujours nettement inférieures aux VME. Cependant, elles sont conformes à celles retrouvées dans d'autres villes européennes. De plus les niveaux des prélèvements individuels des agents municipaux sont, pour la plupart des polluants dosés, supérieurs à ceux trouvés en ambiance (différence significative pour le formaldéhyde en été, et le benzène en hiver) et à ceux faits par le réseau de surveillance de la pollution Grenoblois (ASCOPARG). Enfin, l'ensemble des valeurs est supérieur pendant la saison froide, et ce de façon significative. En ce qui concerne les explorations fonctionnelles respiratoires, on n'observe pas de variation significative des performances entre le début et la fin de l'exposition des agents municipaux. On peut noter cependant une tendance collective à la baisse des performances qu'il serait intéressant de confirmer. Nos résultats permettent donc de dégager deux tendances. Premièrement, les prélèvements individuels semblent permettre une meilleure évaluation du niveau d'exposition des sujets à la pollution atmosphérique urbaine. Celui-ci est supérieur à ce que mesurent les réseaux de surveillance. Deuxièmement, la recherche d'effets respiratoires précoces liés à cette exposition est négative, mais le nombre de sujets étudiés est restreint en regard des faibles niveaux d'exposition. Nous proposons, toutefois, une surveillance de médecine du travail de cette population. Avec un contrôle clinique et spirométrique à l'embauche puis tous les deux ans, voire plus s'il existe des signes d'appel. Cette stratégie pouvant bien sûr s'appliquer à l'ensemble des salariés qui travaillent à l'extérieur, en milieu urbain. Par ailleurs, il serait très intéressant de réaliser des études du même type que la nôtre mais avec un nombre bien plus important de prélèvements, afin de mettre en évidence une relation dose-effet des polluants. Enfin, d'un point de vue écologique et de santé publique, il faudrait que la pollution atmosphérique urbaine cesse de progresser. Ceci pourra s'obtenir par la modification et la diminution du parc automobile et des carburants. Ce qui implique les gouvernements, les lobbies financiers et la population générale.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00824861
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Wednesday, May 22, 2013 - 3:16:19 PM
Last modification on : Tuesday, May 11, 2021 - 11:36:16 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, April 4, 2017 - 10:04:40 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00824861, version 1

Citation

Marie-Anne de Casamayor-Gautier. Évaluation de l'exposition professionnelle à la pollution atmosphérique urbaine d'agents de police municipaux. Médecine humaine et pathologie. 1997. ⟨dumas-00824861⟩

Share

Metrics

Record views

139

Files downloads

1194