Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Un festival Metal Open Air dans le paysage culturel français

Résumé : En France, le paysage des festivals de musique témoigne d'une grande diversité artistique, culturelle, mais aussi organisationnelle. Le festival est, pour les amateurs de musiques actuelles et amplifiées, un instant tout particulièrement privilégié pour vivre sa passion. Il remplit parfaitement cette mission fédératrice que je juge essentielle à la réussite d'un événement culturel. Derrière cette messe de son, une équipe est toujours présente. C'est elle qui permet à la rencontre de prendre tout son sens. À travers ce mémoire professionnel, nous situerons, dans un premier temps, le Hellfest à la croisée de paysages musicaux et culturels très différents : celui des festivals Metal en plein air en Europe, au niveau des musiques amplifiées sur le territoire français, au sein de la sphère Metal en France, et enfin en rapport à son environnement direct. Dans un second temps, sera abordé le cadre administratif qui régit un festival de musique en France à travers l'étude de l'association Hellfest Productions et de la manifestation qu'elle met en oeuvre. Enfin, au vu du succès global, mais également des très virulentes critiques qu'il rencontre auprès de certains publics et certaines institutions, nous essayerons de comprendre comment un évènement de musiques extrêmes peut trouver sa place au sein du paysage des festivals de musiques en France.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00825007
Contributor : Sciences Po Grenoble <>
Submitted on : Wednesday, May 22, 2013 - 5:03:20 PM
Last modification on : Wednesday, July 15, 2020 - 9:36:09 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, April 4, 2017 - 10:20:21 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00825007, version 1

Collections

Citation

Victor Laurançon. Un festival Metal Open Air dans le paysage culturel français. Science politique. 2009. ⟨dumas-00825007⟩

Share

Metrics

Record views

417

Files downloads

734