L'accouchement dans l'eau : une étude descriptive évaluant les issues maternelles et néonatales - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

L'accouchement dans l'eau : une étude descriptive évaluant les issues maternelles et néonatales

Abstract

Introduction: water birth is a controversial practice, few publications and many assumptions exist on this subject. At a time when we see a return of physiological childbirth, women seek for an alternative in care that seems too medicalized. This is why labor and childbirth in water is being developed. We therefore conducted a study addressing the overall conduct of childbirth in water, analyzing labor, maternal and neonatal outcomes, with specific questions about the perineum damage, postpartum haemorrhage or maternal and newborn infections. Material and Method: this is a single-center retrospective study performed on files and including 185 women who delivered in water between July 1st 2008 and February 29, 2012. The study was conducted in a type I maternity: Pierre Roques "The Bluets" in the 12th arrondissement of Paris. Results: our study population was a highly selected population of low-risk patients. Not only was it not representative of the general population, but also unrepresentative of the population of the Bluets. This validates our first hypothesis. Labor was short and fast with an average of 3 hours and 10 minutes. If many fear an increase in maternal and neonatal infections due to the risk of water which may be contaminated, in our population, no maternal infections have been reported, validating our second hypothesis. Finally we looked more closely to some specific maternal criteria: if the episiotomy rate is well below the national average (1.6% versus 14.2% for multiparous and 50% for primiparous, according to ENP 2010), perineum damage such as scuffing and simple tears are most important in our study population (68% versus 42%). The study does not show more postpartum haemorrhage than in the general population (8.6% versus 6.7% in the Pythagore study, p = 0.219). Conclusion: with the results obtained, we can conclude that water birth present no greater risk than a conventional childbirth. However this method requires a selection of women with no risk and safety measures necessary to ensure maternal and fetal wellbeing
Introduction : l'accouchement dans l'eau est une pratique controversée, peu de publications existent à ce sujet et de nombreux a priori existent. À une époque où nous assistons à un retour de l'accouchement physiologique, la demande des femmes cherchant une alternative à une prise en charge trop médicalisée augmente. C'est ainsi que le travail et les accouchements dans l'eau se développent. Nous avons donc réalisé une étude s'intéressant au déroulement global de l'accouchement dans le travail, en analysant le travail puis les issues maternelles et néonatales, avec des questions précises sur les lésions périnéales, les hémorragies de la délivrance ou encore les infections maternelles et néonatales. Matériel et méthodes : Il s'agit d'une étude rétrospective unicentrique réalisée sur dossiers et incluant 185 femmes ayant accouché dans l'eau entre le premier juillet 2008 et le 29 février 2012. L'étude s'est déroulée dans une maternité de type I : la maternité Pierre Roques "les Bluets" dans le 12e arrondissement de Paris. Résultats : notre population d'étude était une population très sélectionnée sur le bas-risque et donc non seulement non représentative de la population générale, mais aussi non représentative de la population des Bluets. Ceci valide notre première hypothèse. Le travail était court et rapide avec une durée moyenne de 3 heures et 10 minutes. Si beaucoup craignent une augmentation des infections maternelles et néonatales du fait du risque augmenté avec l'eau pouvant être contaminée, dans notre population aucun infection maternelle n'a été rapportée validant notre deuxième hypothèse. Enfin, nous nous sommes intéressés de plus près à des critères maternels précis : si le taux d'épisiotomie est nettement inférieur à la moyenne nationale (1,6% versus 14,2% pour les multipares et 50% pour les primipares, d'après l'ENP 2010), les lésions périnéales telles que les éraillures et les déchirures simples sont plus importantes dans notre population d'étude (68% versus 42%). L'étude ne montre pas plus d'hémorragies de la délivrance que dans la population générale (8,6% versus 6,7% dans l'étude Pythagore, p=0,219). Conclusion : face aux résultats obtenus, nous pouvons conclure que l'accouchement dans l'eau ne présente pas plus de risques qu'un accouchement conventionnel. Cependant cette méthode nécessite une sélection des femmes ne présentant pas de risques ainsi que des mesures de sécurité indispensables afin de garantir le bien être maternel et fœtal.
Fichier principal
Vignette du fichier
memoire_esfbaudelocque_henrion.pdf (1.6 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00825841 , version 1 (24-05-2013)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00825841 , version 1

Cite

Camille Henrion. L'accouchement dans l'eau : une étude descriptive évaluant les issues maternelles et néonatales. Gynécologie et obstétrique. 2012. ⟨dumas-00825841⟩
294 View
7431 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More