Mobilisations pour les droits des femmes : capacités d'influence féministe dans la transition politique tunisienne - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2012

Mobilisations pour les droits des femmes : capacités d'influence féministe dans la transition politique tunisienne

Abstract

Tunisian popular uprisings brought by the immolation of young hawker Mohamed Bouazizi on December 17th 2010, led to Zine El-Abidine Ben Ali's stepping down after twenty three years of dictatorial rule. The expressions of women from all backgrounds came out in force to demand the right to democracy, social justice, freedom, dignity and equality. Women rights activists believed to a complete institutionalization of gender equality due to a change of system. However, the 23rd October 2011 elections showed not only male-female parity disrespect for heads election boards, but also that the Islamic frame of reference was legitimated with the success of the Ennahda party. Since then, women rights have become one of the emerging civil society's concerns. The core civil society - constituted by rare non-profit organizations existing since the former regime - is seeking to shape the current political shift. The Tunisian League for Human Rights Defense, the Tunisian Organization of Democrats Women and the Tunisian Women Organization for Research and Development are the core of this advocacy movement. The study of these organizations regarding their feminist capacities to influence the Tunisian political shift will answer the following issue: despite a political opening situation due to the end of dictatorship, organizations' mobilizations for women rights don't seem to gloat. Thus, restrictions of visions, resources and organizations' environment will be analyzed.
Les soulèvements populaires tunisiens suivant l'immolation du jeune marchand ambulant Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010 ont mené au départ de Zine El-Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011 après vingt-trois ans de règne dictatorial. Des femmes, de toutes catégories sociales, se sont ainsi exprimées dans ces mobilisations pour le droit à la démocratie, la justice sociale, à la liberté, la dignité et l'égalité. Les militants des droits des femmes ont ainsi cru que le changement de régime permettrait une institutionnalisation sans réserve de l'égalité entre les sexes. Néanmoins, les élections du 23 octobre 2011 ont non seulement démontré un mépris de la parité politique pour les têtes de listes électorales mais aussi une légitimation du référentiel islamiste en Tunisie avec le triomphe du parti Ennahda. Depuis, les droits des femmes sont devenus l'une des préoccupations majeures d'une société civile tunisienne émergente. Le noyau dur de cette société civile, formé par de rares associations existantes depuis l'ancien régime, cherche ainsi à influencer la transition politique actuelle. La Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l'Homme, l'Association Tunisienne des Femmes Démocrates et l'Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement sont au cœur de ce mouvement de plaidoyer. L'étude des capacités d'influence féministe de ces associations dans la transition politique tunisienne tentera alors de répondre au paradoxe selon lequel malgré un contexte d'ouverture politique conséquent à la chute de la dictature, les mobilisations associatives pour les droits des femmes ne semblent triompher. Les limites des représentations, des ressources et de l'environnement avec lesquels composent ces associations seront alors examinées.
Fichier principal
Vignette du fichier
2012-11GHORBANI_MOB.pdf (1.15 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00826818 , version 1 (28-05-2013)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00826818 , version 1

Cite

Mégane Ghorbani. Mobilisations pour les droits des femmes : capacités d'influence féministe dans la transition politique tunisienne. Science politique. 2012. ⟨dumas-00826818⟩
304 View
1168 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More