Les cellules endocrines de la muqueuse gastrique‎ : revue de la littérature - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 1976

Les cellules endocrines de la muqueuse gastrique‎ : revue de la littérature

Arthur N'Golet
  • Function : Author
  • PersonId : 942445

Abstract

1) Le présent travail a pour objectif une revue générale détaillée des cellules endocrines de la muqueuse gastrique.
2) Depuis les travaux initiaux de KULTSCHITZKY et de P. MASSON, de nombreux auteurs ont identifié dans la portion antrale de la muqueuse gastrique des éléments de morphologie particulière dont l'un des caractères était un pouvoir d'argento-réduction (argentaffinité) ou d'argyrophilie. Actuellement, ces types cellulaires sont considérés comme identiques et responsables d'une fabrication d'àérotonine.
3) Cinq grands types de cellules endocrines peuvent être rencontrés dans la muqueuse gastrique, et définis par des critères morphologiques et histochimiques : - la cellule "EC" ou cellule à sérotonine. - la cellule "G" ou cellule à gastrine. - la cellule "ECL". - la cellule "A". - la cellule "D". Ces trois derniers types cellulaires étant présumés responsables de l'élaboration respective de l'histamine, du glucagon, de sécrétine,... et peut être d'autres amines. Cette classification aujourd'hui admise par tous les chercheurs a cependant été discutée pendant son élaboration. Des distinctions en sous-groupes morphologiques reposant sur de simples variations de taille des granules sécrétoires, peuvent être la source de difficulté de compréhension pour les non initiés.
4) L'unité de ce système endocrinien de la muqueuse gastrique est d'ordre fonctionnel et soutenue par des propriétés biochimiques et histochimiques : elles entrent à la fois dans le système A.P.U.D. (PEARSE) et dans le système endocrinien diffus.
5) Ces diverses notions conduisent actuellement à une meilleure connaissance des tumeurs carcinoïdes et des carcinomes à cellules basophiles de l'estomac. Il existe vraisemblablement, d'une part des tumeurs monomorphes - soit purement "carcinoïde", à cellule "EC", - soit à cellule "G" ou "gastrinomes", et d'autre part des tumeurs composites à cellules "EC", associées aux cellules "ECL", "A", ou "B", dans des proportions variables.
6) Enfin, l'appartenance de ces cellules au S.E.D. permet de mieux comprendre des associations morbides comme celle du syndrome de Llyod : polyadénomatose endocrinienne avec syndrome de ZOLLINGER-ELLISON. Dans ce domaine de la pathologie, les progrès de nos connaissances sont liés à la mise en commun pluridisciplinaire des techniques d'investigations cliniques, biochimiques, et morphologiques : l'histochimie, la microscopie électronique, l'immunofluorescence y prenant une place de choix.
Fichier principal
Vignette du fichier
TM76_51_n'golet_arthur(1)(D)_SO.pdf (4.3 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

dumas-00833203 , version 1 (12-06-2013)

Identifiers

Cite

Arthur N'Golet. Les cellules endocrines de la muqueuse gastrique‎ : revue de la littérature. Médecine humaine et pathologie. 1976. ⟨dumas-00833203⟩
764 View
2753 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More