Pourquoi les nullipares ne choisissent pas plus le DIU ?‎ Enquête auprès de femmes - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2013

Pourquoi les nullipares ne choisissent pas plus le DIU ?‎ Enquête auprès de femmes

Abstract

The number of abortions in France remains stable in recent years despite a large distribution of contraception. 2/3 of abortions are due to contraceptive failures, including the pill failure, which is the most prevalent method among young women. Since 2004, the copper IUD is authorized for nulliparous. However, it is rarely used in this population (1.3% in 2010) and remains the prerogative of older women, and multiparous. We wanted to know the opinions and knowledge of nulliparous about copper IUD. For this, we distributed anonymous questionnaires from them in three centers in Grenoble city. 190 questionnaires were analyzed. Only 48% of women previously received information from the health practitioners on the IUD. 80% of nulliparous would not choose this contraceptive way at short-term. The main reluctances are the fear of having a foreign body inside their womb and the fear of pain with device insertion. The main reasons of interest are the simplicity of use and the non-requirement of hormones. Age, study level, place of residence and marital status do not influence the choice of this method. After a quiz evaluation, 73% of women correctly answered at least four questions over seven and therefore have sufficient knowledge. These data show that nulliparous women are quiet reluctant to use the IUD. However, their fears are based on many misconceptions that could easily be removed by appropriate information from health practitioners.
Le nombre d'IVG en France reste stable depuis quelques années malgré une large diffusion de la contraception. 2/3 des IVG sont dues à un échec contraceptif, notamment de la pilule, qui est le moyen le plus répandu chez les femmes jeunes. Le stérilet au cuivre a depuis 2004 l'AMM chez les nullipares. Il est cependant très peu utilisé dans cette population (1.3% en 2010) et reste l'apanage des femmes plus âgées multipares. Nous avons voulu savoir quelles sont les opinions et connaissances des nullipares sur ce moyen contraceptif. Nous leur avons pour cela distribué des questionnaires anonymes dans trois centres de l'agglomération grenobloise. 190 questionnaires ont été analysés. Seulement 48% des femmes avaient reçu préalablement une information de la part d'un professionnel de santé sur le stérilet. 80% des femmes nullipares ne choisiraient pas cette méthode à court terme. Les principales réticences évoquées sont la peur d'avoir un corps étranger dans son corps et la peur de la pose. Les deux principaux avantages sont la simplicité d'utilisation et l'absence d'hormone. L'âge, le niveau d'étude, le lieu d'habitation et le statut conjugal n'influent pas le choix ou non de cette méthode. Après évaluation par quizz, 73% des femmes ont au moins quatre bonnes réponses sur sept et ont donc des connaissances plus que satisfaisantes. Ces données montrent que les nullipares sont plutôt réticentes envers ce moyen contraceptif. Pourtant, leurs craintes sont fondées sur beaucoup d'a priori et pourraient facilement être levées par une information appropriée de la part des professionnels de santé.
Fichier principal
Vignette du fichier
2013GRE15048_chanzy_waroquet_anne-laure_1_D_.pdf (1.59 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00862248 , version 1 (16-09-2013)

Identifiers

Cite

Anne-Laure Chanzy Waroquet. Pourquoi les nullipares ne choisissent pas plus le DIU ?‎ Enquête auprès de femmes. Médecine humaine et pathologie. 2013. ⟨dumas-00862248⟩
280 View
3400 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More