AES : la question piquante de la sous-déclaration : étude descriptive rétrospective de la non-déclaration des Accidents d'Exposition au Sang et aux produits biologiques chez les sages-femmes et les étudiants sages-femmes du CHRU et de l'École de Brest - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2013

AES : la question piquante de la sous-déclaration : étude descriptive rétrospective de la non-déclaration des Accidents d'Exposition au Sang et aux produits biologiques chez les sages-femmes et les étudiants sages-femmes du CHRU et de l'École de Brest

Abstract

Objectif : Évaluer la sous-déclaration des Accidents d'Exposition au Sang et aux produits biologiques (AES) chez les sages-femmes (SF) et étudiants sages-femmes (ESF) du CHRU et de l'école de Brest, en essayant de dégager une tendance concernant les raisons de cette non déclaration, les accidentés non déclarants ainsi que les AES non déclarés. Matériel et méthode : C'est une étude descriptive rétrospective menée sur la population des SF et ESF du CHRU et de l'école de Brest. Les données ont été recueillies à partir d'un questionnaire anonyme distribué à 69 ESF et 41 SF. Le taux de participation a été respectivement de 97% et 80,5%. Seuls les étudiants en Sciences Maïeutiques de 2e année (SMa2) ont été volontairement exclus de l'enquête, du fait de la diminution importante de leur nombre de stages notamment dans les services d'obstétrique. Résultats : L'analyse des résultats a mis en évidence une tendance à la sous-déclaration des AES pour les ESF comme pour les professionnels de Brest. Bien que les AES par piqûres restent majoritaires, les AES par projections -très spécifiques des SF- représentent environ un tiers de ces AES et sont les moins déclarés. Les AES survenus la nuit seraient, quant à eux, moins déclarés que ceux survenus en journée. Les SF ayant plus de 5 ans d'ancienneté ainsi que les ESF en fin de formation auraient tendance à moins déclarer leurs AES, de même que pour les personnes accidentées annonçant ne pas appliquer, ou seulement en partie, les précautions standard au moment de l'accident. Les 3 principales raisons de cette non-déclaration sont : "la longueur et la pénibilité du suivi sérologique post accident", "la complexité des démarches de déclaration" et "la négativité des sérologies de la patiente". Conclusion : Les actes médicaux et chirurgicaux ainsi que les nombreux contextes d'urgences font de l'obstétrique une des spécialités médicales les plus à risque d'AES. Leur sous déclaration est également une réalité à combattre au quotidien chez les ESF et les SF.
Fichier principal
Vignette du fichier
Memoire_Sage-femme-2013-MORVAN_Honorine.pdf (979.7 Ko) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00862352 , version 1 (16-09-2013)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00862352 , version 1

Cite

Honorine Morvan. AES : la question piquante de la sous-déclaration : étude descriptive rétrospective de la non-déclaration des Accidents d'Exposition au Sang et aux produits biologiques chez les sages-femmes et les étudiants sages-femmes du CHRU et de l'École de Brest. Gynécologie et obstétrique. 2013. ⟨dumas-00862352⟩
563 View
5994 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More