Le bois de la guerre : quand l'anthracologie contribue à l'histoire des forêts du Nord-Pas-de-Calais (1803-1805) - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2013

Le bois de la guerre : quand l'anthracologie contribue à l'histoire des forêts du Nord-Pas-de-Calais (1803-1805)

Germain Hello
  • Function : Author

Abstract

This charcoal analysis is based on the taxonomic identification of 1758 pieces of charcoal found in sixteen huts on the archaeological site of Etaples which corresponds to the Napoleonic camp of the 69th line. The aim is to understand the modes of firewood acquisition by Napoleonic troops and to contribute to the understanding of the Nord-Pas-de-Calais forests history. The integration of charcoal analysis and historical texts highlights two wood supply strategy: the first one from coppices and mature plantations of beech, oak and hornbeam exploited by the firewood supplier and the second one, composed of birch, alder, poplar and willow, which corresponds to forest stands located near the camp. The soldiers, depending their needs, gather this species, identified by charcoal analysis. We estimate that thousand hectares per year were necessary to fulfil the requirement Napoleon's army's needs for building timber and firewood. This charcoal analysis supports historical sources and initiates a new line of research for a period and a context that are little explored by archaeobotanists.
Cette étude anthracologique porte sur l'identification taxonomique de 1758 fragments de charbons de bois provenant de la fouille INRAP de 16 baraques du camp napoléonien du 69e de ligne à Étaples. Elle a pour but de comprendre les modes d'acquisition du bois de feu par les troupes napoléoniennes et participe à la compréhension de l'histoire des forêts du Nord-Pas-de-Calais. L'intégration des résultats anthracologiques et des sources historiques indiquent deux sources d'approvisionnements : la première provenant des taillis et taillis sous futaie de type hêtraie, chênaie et charmaie, entretenus par l'entrepreneur général, et la seconde issue de boisements situés autour des camps et composés principalement de bouleaux, d'aulnes, de saules et de peupliers. Ces essences, identifiées par l'anthracologie, correspondent donc principalement au bois prélevé par les combattants. D'après les textes, ces prélèvements, parfois illégaux, s'avèrent être la conséquence de pénuries et de privations que subissent les troupes, engendrant des dégâts des biens d'autrui et le détournement de bois non destinés à l'usage du chauffage. Selon nos estimations, près de 1000 ha/an de forêts auraient été exploités par les fournisseurs pour pourvoir aux besoins de l'armée en bois de construction et de chauffage. Cette étude anthracologique vient appuyer les données historiques et initie de nouveaux axes de recherche pour une période (contemporaine) et un contexte (camp militaire) encore trop peu explorés par l'archéobotanique.
Fichier principal
Vignette du fichier
Hello_Germain_Bois_guerre.pdf (7.77 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00906450 , version 1 (19-11-2013)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00906450 , version 1

Cite

Germain Hello. Le bois de la guerre : quand l'anthracologie contribue à l'histoire des forêts du Nord-Pas-de-Calais (1803-1805). Sciences agricoles. 2013. ⟨dumas-00906450⟩
169 View
658 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More