Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Place des résections pelviennes élargies associées à une chimiothérapie hyperthermique intra-péritonéale dans le traitement de la carcinose péritonéale

Résumé : La chirurgie de cytoréduction (CCR) associée à une chimiothérapie hyperthermique intra-péritonéale (CHIP) est le seul traitement curatif de la carcinose péritonéale. La nécessité d'obtenir une résection complète des lésions est un facteur pronostique majeur. Elle ne peut se faire parfois (du fait de l'extension régionale et en profondeur des nodules et/ou de la tumeur primitive) qu'au prix d'une exérèse pelvienne élargie emportant le rectosigmoïde et les organes pelviens de voisinage. Le but principal de cette étude a été d'évaluer la morbidité des pelvectomies associées une CHIP afin d'en définir la place dans le traitement de la carcinose péritonéale. Matériel et méthodes. Étude rétrospective bi-centrique (Rouen et Paris-Lariboisière) incluant l'ensemble des patients traités par CCR (avec résection d'au moins un organe pelvien sous-péritonéal) + CHIP pour carcinose péritonéale. Aucun critère d'exclusion concernant la nature histologique ou le nombre de localisation métastatique n'a été retenu. À fin de comparaison, les patients ont été divisés en 2 groupes, un groupe Pelvectomie (définie par l'exérèse d'au moins un organe pelvien en plus de la proctectomie) et un groupe Proctectomie sans autre exérèse pelvienne. Résultats. Entre 2006 et 2013, 76 patients ont été traités par CCR (avec résection d'au moins un organe pelvien sous-péritonéal) + CHIP pour carcinose péritonéale dont 40 avec une résection pelvienne élargie (53%). Ces procédures chirurgicales incluaient 20 pelvectomies postérieures supralévatoriennes (50%), 17 pelvectomies atypiques (42,5%) et 3 pelvectomies totales (2 supra et 1 infralévatorienne). Un geste urinaire était associé dans 40% des cas. La résection a été évaluée CCR-0 pour 100% des patients et était monobloc dans 35 cas/40 (87,5%). La morbidité (grade 3-4) a été évaluée à 42,5%. Comparativement au groupe contrôle, les patients du groupe Pelvectomie avaient une durée opératoire plus longue, plus de pertes sanguines peropératoires et plus d'organes réséqués. Aucune différence n'a été mise en évidence sur la morbidité de grade 3-4, la mortalité, le taux de réintervention chirurgicale et la durée de séjour. Le taux de complications de grade ≥ 3 n'était pas influencé par le type de résection pelvienne réalisée. Analysée à partir du sous-groupe de patients dont l'origine de la carcinose était un adénocarcinome digestif, la médiane de survie globale était de 29 mois et aucune différence n'a été retrouvée en termes de survie globale et sans récidive (p=0,43 et p=0,68). Conclusion. L'atteinte pelvienne massive n'est pas une contre indication à la réalisation d'une CCR + CHIP. La nécessité d'une résection pelvienne élargie afin d'obtenir une résection complète de la carcinose n'augmente pas la morbidité postopératoire de façon significative et ne péjore pas le pronostic carcinologique y compris en cas de pelvectomie totale.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [134 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00918709
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Saturday, December 14, 2013 - 11:52:10 AM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 5:00:49 PM
Long-term archiving on: : Saturday, April 8, 2017 - 6:25:43 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00918709, version 1

Citation

Julien Coget. Place des résections pelviennes élargies associées à une chimiothérapie hyperthermique intra-péritonéale dans le traitement de la carcinose péritonéale. Médecine humaine et pathologie. 2013. ⟨dumas-00918709⟩

Share

Metrics

Record views

397

Files downloads

84