Évaluation musculaire clinique et IRM après abord mini invasif antérolatéral pour arthroplastie totale de hanche - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2013

Évaluation musculaire clinique et IRM après abord mini invasif antérolatéral pour arthroplastie totale de hanche

Abstract

L'absence de section musculaire lors du remplacement arthroplastique total de hanche par abord antéro latéral mini invasif ne garantit pas l'absence de lésion musculo-nerveuse infraclinique, dépistable à l'IRM. Le but de cette étude était l'évaluation objective du respect du capital musculaire du moyen fessier (MF) et du tenseur du fascia lata (TFL), par une étude clinique et IRM, à 3 et 12 mois post opératoire, comparativement au côté non opéré. Matériel et méthode L'étude prospective, mono opérateur, incluait une série continue de 26 patients opérés entre le 1er avril et le 6 décembre 2011. Le suivi comportait la réalisation d'un bilan clinique (score de Harris et PMA, recherche d'une boiterie de Trendelenburg, caractéristiques de l'appui monopodal, mesure de la force d'abduction active de hanche au dynamomètre) ainsi qu'une IRM de bassin, à 3 et 12 mois post opératoire. Les 2 imageries analysaient la trophicité musculaire, la dégénérescence graisseuse du MF et du TFL et l'existence d'un oedème de dénervation du T. Résultats L'analyse des scores cliniques confirmait la récupération fonctionnelle rapide, dès 3 mois : PMA médian (M3/M12)= 17/18 [11-18]. Une amélioration significative du score de Harris était retrouvée entre 3 et 12 mois (Harris médian M3/M12= 93.5 [61-- 1 00] / 98 [65-100], p=0.047). La mesure dynamométrique de la force d'abduction des 2 hanches était significativement meilleure du côté non opéré au 3e mois (p=0.038) sans différence retrouvée entre les 2 hanches à 12 mois. Cette différence de force avait peu de traduction clinique : 92% des patients présentaient un appui monopodal stable et symétrique et 1 seul patient gardait une boiterie de Trendelenburg à 12 mois, L'influence de la voie d'abord sur l'apparition de la dégénérescence graisseuse du MF, était limitée à son 1/3 antérieur (M3, p=0.005 ; M12, p=0.048) et de manière peu importante (côté opéré M3 : grade 0/1/2/3/4 = 35%/42%/19%/0%/4% ; côté non opéré M12 : grade 1/2/3/4 = 19%/4%/0%/0%, NS). À 3 mois, la dégénérescence graisseuse du TEL présentait significativement moins de grade 1 et plus de grade 2 du côté opéré (grade 1 opéré/non opéré : 23%/62%, p=0.011 ; grade 2 opéré/non opéré : 50%/15%, p=0.017). À 12 mois, il persistait moins de grade 1 dans le TFL opéré (grade 1 opéré/non opéré : 27%/58%, p=0.048), aucune influence de la voie d'abord n'était retrouvée pour les autres grades. L'existence de lésions de dénervation était confirmée dans 21% des cas, à 12 mois. Aucune influence de la voie d'abord sur la trophicité musculaire du MF et du TEL n'était retrouvée à 12 mois. Conclusion : Cette étude confirme objectivement la faible agression tissulaire générée par la voie d'abord.
Fichier principal
Vignette du fichier
Mouchel_Simon_.pdf (3.44 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-00926102 , version 1 (09-01-2014)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00926102 , version 1

Cite

Simon Mouchel. Évaluation musculaire clinique et IRM après abord mini invasif antérolatéral pour arthroplastie totale de hanche. Médecine humaine et pathologie. 2013. ⟨dumas-00926102⟩
311 View
2185 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More