Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Méningites virales de l'enfant : état des lieux, prise en charge et cas d'une épidémie. Étude rétrospective réunionnaise de 2009 à 2012

Résumé : OBJECTIFS : Faire le point sur l'état des méningites virales sur l'île de la Réunion. Élaboration d'un protocole de prise en charge commun. MATÉRIEL ET MÉTHODES : Nous avons mené une étude rétrospective au sein des 4 services d'urgences pédiatriques du 1er janvier 2009 au 31 décembre 2012. Les patients âgés de moins de 18 ans dont la ponction lombaire affirmait le diagnostic de méningite aseptique ont été inclus. Nous avons étudié le rôle des entérovirus dans les méningites virales et au cours de l'épidémie de 2012. RÉSULTATS : 145 enfants ont été inclus. L'incidence annuelle moyenne des MV était de 0,08% avec un sex ratio H/F à 1,54. L'âge moyen était de 7,62 ans ± 3,96. La MV se manifestait principalement par une fièvre 93%, une céphalée 87%, un syndrome méningé 86%, des vomissements 75% et une conscience altérée dans 61% des cas. Le LCR se composait de 320 éléments ± 520/mm3, 48% neutrophiles, 37% lymphocytes. 83 RT-PCR EV avaient été réalisées, dont 25% positives. 67% des méningites à EV concernait des filles (p= 0,02). Un cas d'infection à VZV a été recensé. 19% des 145 patients inclus ont reçu un scanner cérébral, dont 48% ne mentionnaient pas de justification. Le diagnostic retenu était incertain dans 56% des cas et viral dans 31% des cas avec un traitement antibiotique respectivement dans 50% et 25% des cas. La durée moyenne globale de d'antibiothérapie était de 2,56 jours ± 1,28 et la durée moyenne d'hospitalisation était de 2,36 jours ± 1,57. La prescription d'antibiotique était associée à une CRP >40 mg/L (p= 0,02), nombre d'éléments dans le LCR > 200/mm3 (p= 0,003), neutrophiles LCR > 200/mm3 (p= 0,0001). Durant la flambée épidémique (novembre 2011-mai 2012), la MV à EV ne représentait que 9% des cas. Nous avons confirmé 3 clusters suggérant une propagation de l'épidémie du sud de l'île vers le nord mais n'avons pas retrouvé l'agent causal ni son mode de transmission. CONCLUSIONS : Les caractéristiques clinico-biologiques seules n'étaient pas suffisamment discriminantes pour juger d'un traitement antibiotique. Les EV sont les principales causes de MV aux urgences pédiatriques à la Réunion, le human Metapneumovirus pourrait jouer un rôle. Nous préconisons l'utilisation d'un protocole parmi lequel l'utilisation du score BMS et le recours à une RT-PCR EV comme aide diagnostic en situation douteuse. Une étude prospective pourrait permettre d'identifier l'agent causal au décours d'une flambée épidémique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [47 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00955781
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Wednesday, March 5, 2014 - 11:42:25 AM
Last modification on : Wednesday, August 23, 2017 - 4:29:30 PM
Long-term archiving on: : Thursday, June 5, 2014 - 11:10:27 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00955781, version 1

Collections

Citation

Vetea Reichart. Méningites virales de l'enfant : état des lieux, prise en charge et cas d'une épidémie. Étude rétrospective réunionnaise de 2009 à 2012. Médecine humaine et pathologie. 2013. ⟨dumas-00955781⟩

Share

Metrics

Record views

204

Files downloads

1689