Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Impassible n'est pas Rimbaud : étude sur les différences entre la poésie d'Arthur Rimbaud et la poésie parnassienne de 1870 à 1871

Résumé : Les différences entre la poésie d'Arthur Rimbaud de 1870 à 1871 et la poésie parnassienne prennent leur source dans le contexte historique de l'époque et dans celui de l'apparition de Rimbaud sur la scène littéraire. Arthur Rimbaud est né et grandit à Charleville où il reçu de sa mère une éducation très stricte. Rimbaud, on l'oublie souvent, fut un élève très talentueux. Il reçut de nombreux prix tout au long de son parcours scolaire en composition de vers français et latins. Au collège de Charleville il rencontra le professeur Georges Izambard qui reconnu chez lui sa passion pour la poésie. Grâce à ce professeur, Rimbaud découvrit un large éventail de poètes et s'ouvrit aux idées républicaines, au désespoir de sa mère conservatrice. Le phénomène Rimbaud apparu à une période trouble de l'histoire de France, celle de la guerre de 1870, de la chute du second Empire et du soulèvement de la Commune. Rimbaud à cette époque veut se faire connaître et envoie trois poèmes à l'un des maîtres du Parnasse, Théodore de Banville. Le Parnasse est alors le principal mouvement littéraire. Les poètes parnassiens souvent proches du pouvoir, prônent la Beauté et l'impassibilité. Le poète s'isole de la société et n'a pour seul but que la réalisation de poèmes aux formes parfaites. C'est l'art pour l'art. La tentative d'Arthur Rimbaud d'intégrer le cercle parnassien fut un échec. Cela ne découragea pas le jeune homme de poursuivre son œuvre de poète à Charleville ou sur les routes de Belgique. Malgré ses efforts, les premiers poèmes de Rimbaud ne correspondent pas à cette poésie campée sur des principes de beauté et d'impersonnalité. Rimbaud ne croit pas en cette vision de la poésie et il va rapidement créer sa propre théorie poétique, celle du poète Voyant. Dans sa quête de l'inconnu, dans sa recherche continuelle de nouveauté poétique, il balaye la poésie parnassienne. L' « encrapulement » de Rimbaud saccage les paisibles poèmes parnassiens. Avec les poèmes Ce qu'on dit au poète à propos de fleurs et Le bateau ivre, Rimbaud s'éloigne irrémédiablement du Parnasse et c'est paradoxalement grâce à ce dernier poème que le jeune homme rejoindra les poètes parnassiens à Paris.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01136180
Contributor : Uppa - Bibliothèque Spécialisée Érasme <>
Submitted on : Thursday, March 26, 2015 - 4:36:51 PM
Last modification on : Tuesday, February 2, 2021 - 3:40:03 PM
Long-term archiving on: : Thursday, July 2, 2015 - 8:07:01 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01136180, version 1

Collections

Citation

Benjamin Aguillon. Impassible n'est pas Rimbaud : étude sur les différences entre la poésie d'Arthur Rimbaud et la poésie parnassienne de 1870 à 1871. Littératures. 2012. ⟨dumas-01136180⟩

Share

Metrics

Record views

975

Files downloads

3946