Utilisation du sildénafil dans l'hypertension artérielle pulmonaire du prématuré atteint de dysplasie bronchopulmonaire

Résumé : INTRODUCTION
L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est un important facteur de morbimortalité dans l’évolution respiratoire des prématurés atteints de dysplasie bronchopulmonaire (DBP). Plusieurs traitements de l’HTAP ont déjà fait la preuve de leur efficacité, comme par exemple le monoxyde d’azote inhalé (iNO). Le sildénafil (vasodilatateur artériel) est très utilisé chez l’adulte dans l’HTAP mais il reste controversé chez l’enfant et d’autant plus chez le prématuré. L’objectif de notre travail est d’étudier l’efficacité et l’innocuité du sildénafil dans l’HTAP du prématuré atteint de DBP et d’évaluer la possibilité du sevrage du iNO après l’introduction du sildénafil.
MATÉRIEL ET MÉTHODE
Nous avons réalisé une étude observationnelle descriptive rétrospective à partir de la consultation des dossiers médicaux des prématurés hospitalisés dans les services de réanimation néonatale et néonatologie des CHU de l’Archet 2 à Nice et de la conception à Marseille entre juillet 2009 et septembre 2013. Nous avons réalisé une analyse de 7 prématurés traités par sildénafil pour HTAP en contexte de DBP en étudiant en particulier l’efficacité du sildénafil par l’évolution des échographies cardiaques et la possibilité du sevrage en iNO et son innocuité à partir de l’étude des pressions artérielles.
RÉSULTATS
Le degré de prématurité (25,5 SA) et le petit poids de naissance (665g) sont des facteurs de risque d’HTAP en contexte de DBP. La gravité de la DBP (85,7% de DBP sévère), la persistance du canal artériel (100%) et les infections respiratoires en sont les facteurs aggravants. L’amélioration de l’aspect du septum interventriculaire à l’échographie cardiaque au fil du temps est un marqueur de l’efficacité du sildénafil ainsi que la diminution de la FiO2 et l’extubation. Le sevrage du iNO est possible en moyenne en 6 jours après l’introduction du sildénafil. Sous sildénafil, la pression artérielle baisse systématiquement initialement (de maximum 16mmHg) mais la titration (dose moyenne 3,64 mg/kg/jour) permet de maintenir une stabilité hémodynamique et de rendre le sildénafil sûr d’utilisation. Le seul effet secondaire imputable au sildénafil est l’apparition d’un priapisme chez un seul enfant.
CONCLUSION
Le sildénafil devrait être plus souvent employé en néonatologie, dans l’indication d’HTAP secondaire à la DBP chez le prématuré. Devant son efficacité, son innocuité et sa tolérance, son utilisation peut être proposée en première intention ou en relais précoce de l’iNO, tout en restant vigilant sur ses effets hémodynamiques possibles.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [99 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01160391
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : vendredi 5 juin 2015 - 11:51:46
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:50
Document(s) archivé(s) le : mardi 15 septembre 2015 - 11:30:24

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01160391, version 1

Citation

Alexandra Fortier. Utilisation du sildénafil dans l'hypertension artérielle pulmonaire du prématuré atteint de dysplasie bronchopulmonaire. Médecine humaine et pathologie. 2014. 〈dumas-01160391〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

145

Téléchargements de fichiers

1360