Réhabilitation ambulatoire chez des patients ayant une BPCO : apports de l’électrostimulation des quadriceps

Résumé : La réhabilitation respiratoire doit être proposée à tout patient BPCO dès l’apparition d’une dyspnée. Elle peut être effectuée en ambulatoire. De nombreuses équipes cherchent à développer des techniques supplémentaires pour en augmenter l’efficacité. L’électrostimulation des membres inférieurs en est une. But : Évaluer l’apport de l’électrostimulation à domicile en complément d’un programme de réhabilitation respiratoire (RR), et comparer son bénéfice à celui de la réhabilitation seule. Méthodes : Cinquante-deux patients ambulatoires, ayant une BPCO sévère ou très sévère ont été inclus (59 + 9 ans, 7 F, O2 dépendants n=16). En début de programme, ils étaient randomisés pour l'électrostimulation à domicile (ES=27) ou non (NES=25). Le programme ES comprenait une séance 5 jours par semaine, 30 min/jour, intensité réglée individuellement pour obtenir une contraction musculaire maximale infra douloureuse. Un test de marche de 6 minutes (TDM6), une épreuve d’effort à charge croissante (VO2 max, puissance maximale P max) ont été réalisés en début et après 8 semaines de RR. Les patients évaluaient leur dyspnée et leur qualité de vie questionnaire du Saint George’s Hospital). L’index composite pronostique BODE était calculé. Résultats : Dans les deux groupes, le TDM6 et la P max se sont améliorés de manière significative. Dans le groupe ES, le nombre de séances d’ESMq effectuées variait de 7 à 62. La sensation de dyspnée diminuait de manière significative (2,3 + 0,7 vs 1,9 + 0,7, p < 0,05), ainsi que l’index BODE (4,7 + 1,5 vs 4,2 + 1,8, p< 0,05). Le score total de qualité de vie s’améliorait (49 + 12 vs 44 + 14) ainsi que le score Symptômes (32 + 20 vs 28 + 16) de manière non significative. Dans le groupe NES, les scores Symptômes (32 + 20 vs 27 + 17) et Activités (68 + 19 vs 63 + 21) s’amélioraient de manière non significative. L’amélioration du score BODE était plus grande dans le groupe ES que le groupe NES (p = 0,033). Conclusion : Notre étude confirme le bénéfice d’un programme de réhabilitation respiratoire. Le bénéfice apporté par l’ESMq ambulatoire reste modeste. Un écueil peut avoir été le manque d’adhésion d’un certain nombre de patients au programme. À l’avenir, il paraît utile de mesurer la contrainte, dans la vie quotidienne des patients d’un tel programme à domicile. De nouvelles méthodes faisant appel à la télémédecine pourraient être intégrées pour améliorer l’observance et la sécurité des patients.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [57 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01163193
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 12 juin 2015 - 11:54:26
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : dimanche 13 septembre 2015 - 10:20:43

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01163193, version 1

Citation

Anne-Laure Roy. Réhabilitation ambulatoire chez des patients ayant une BPCO : apports de l’électrostimulation des quadriceps. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01163193〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

275

Téléchargements de fichiers

589