Identification, quantification et caractérisation de l'ADN mitochondrial au cours de la polyarthrite rhumatoïde

Résumé : Introduction : L'ADN mitochondrial (ADN mt) présente de fortes homologies avec l'ADN bactérien. Plusieurs travaux récents suggèrent que cet ADN mt peut se comporter comme une alarmine, notamment en contexte inflammatoire. Objectifs : Identifier et quantifier cet ADN mt dans le liquide synovial (LS) et le plasma de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR), et rechercher la présence de caractéristiques pro-inflammatoires. Etudier le rôle de l’ADN mt sur le système RANK/RANK-L. Matériels et méthodes : Les plasmas et LS de patients atteints de PR et d’arthrose (OA) ont été obtenus auprès du service de Rhumatologie du CHU de Bordeaux dans le cadre de soins courants. Ils ont d’abord été purifiés sur colonnes, avant de rechercher et quantifier leur contenu en ADN mt extracellulaire par PCR quantitative (qPCR). Les polynucléaires neutrophiles (PNN) ont également été isolés à partir des mêmes échantillons et purifiés. Leur contenu en ADN mt intracellulaire a été évalué par qPCR. Nous avons recherché dans les LS par Western-Blot la protéine TFAM (mitochondrial transcription factor A), connue pour son association à l’ADN mt et son rôle pro-inflammatoire. La recherche d’oxydation excessive de l’ADN mt de PR par rapport aux témoins a été réalisée par la recherche de séquences pro-inflammatoires 8-hydroxy-2’-deoxyguanosine (8-oxodG) en ELISA. Les PNN ont été incubés avec de l’ADN mt extrait de cellules JRT3, ava! nt d’être passés en cytométrie de flux pour rechercher si la stimulation par l’ADN mt pouvait entraîner une augmentation de l’expression membranaire de RANK-L. Résultats : 1) Les LS de PR (n=27) contiennent statistiquement plus de copies d’ADNmt que les LS d'arthroses (n=12) : moyenne +/- SD de 749147 copies/mL +/- 310 776 versus 5460 copies/mL +/- 4507, p=0,0007, test de Kruskal-Wallis. Ce taux moyen d'ADN mt extracellulaire était d'autant plus important que l'activité de la maladie était importante. 2) Les taux étaient statistiquement plus élevés dans les plasmas de PR (n=40) comparativement aux plasmas de témoins sains (n=15) : respectivement moyenne +/- SD de 124989 copies/mL +/- 25952 versus 24210 copies/mL +/- 11067, p=0,0237, test de Kruskal-Wallis. 3) Chez les sujets avec PR, le contenu intracellulaire en ADNmt, évalué par le ratio ADN mt/ADN nucléaire moyen, est 4,59 fois plus élevé à l’intérieur des PNN sanguins qu’à l’intérieur des PNN articulaires. 4) La protéine TFAM n’est retrouvée que de façon inconstante dans les LS de PR (6 sur 14), mais jamais dans les LS d’OA. 5) Nous n’avons pas mis en évidence d’augmentation du taux de 8-oxodG dans l’ADN de nos patients PR comparativement aux contrôles. 6) L’incubation de PNN sanguins avec de l’ADN mt induit l’expression de RANK-L à leur surface cellulaire. Conclusion : Le LS de PR se caractérise par des taux augmentés d’ADN mt extracellulaire comparativement aux sujets arthrosiques. En revanche, les PNN du LS ont un taux d’ADN mt intracellulaire abaissé, suggérant que ces cellules pourraient être la source de l’ADN mt libéré dans l’articulation. L’ADN mt stimule l’expression membranaire de RANK-L à la surface des PNN, et pourrait ainsi contribuer directement à la physiopathologie de la PR.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [177 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01165082
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : jeudi 18 juin 2015 - 12:20:34
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:14
Document(s) archivé(s) le : mardi 25 avril 2017 - 13:57:03

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01165082, version 1

Collections

Citation

Stéphane Mitrovic. Identification, quantification et caractérisation de l'ADN mitochondrial au cours de la polyarthrite rhumatoïde. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01165082〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

98

Téléchargements de fichiers

7