IVG médicamenteuse entre 7 et 9 SA : efficacité et tolérance sur une étude rétrospective menée au CHU de Bordeaux

Résumé : Introduction : Peu de centres en France réalisent des IVG ente 7 et 9 SA en raison de la tolérance. Depuis décembre 2010, la HAS a émis des recommandations comprenant l’administration de 200 mg de mifépristone suivi 36 à 48h plus tard de la prise de géméprost en intra vaginal. Malgré l’existence de protocoles alternatifs avec des résultats comparables, ces recommandations n’ont pas fait l’objet de réévaluation. Cette étude s’inscrit dans le cadre de l’évaluation d’un protocole hors AMM de l’IVG par méthode médicamenteuse. L’objectif est d’analyser l’efficacité et la tolérance des IVG médicamenteuses jusqu’à 9 SA et de confirmer ou non la faisabilité de cette prise en charge. Méthode : Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée entre janvier 2010 et octobre 2014 étudiant les dossiers médicaux des femmes ayant réalisé une IVG par méthode médicamenteuse jusqu’à 9 SA, sans critère d’exclusion. Le protocole comprend l’administration de 600 mg de mifépristone suivie 48H plus tard de 400 µg de misoprostol par voie jugale pour les termes de moins de 7 SA (groupe 1); et 800µg de misoprostol par voie jugale pour les termes compris entre 7 et 9 SA (groupe 2). Résultats : Le taux de réussite est comparable : 95,5% pour le groupe 1 et 94,5% pour le groupe 2. Le seul facteur associé à l’échec retrouvé est l’antécédent de césarienne. La survenue d’une complication nécessitant un traitement médical est de 10,8% pour le groupe 1 et 8,9% pour le groupe 2, sans différence significative. Les facteurs associés à la survenue d’une complication sont l’antécédent de césarienne, la multigestité et une tendance pour l’antécédent d’IVG. Les effets secondaires sont comparables dans les 2 groupes avec des douleurs et un recours aux antalgiques de pallier 2 et AINS un peu plus fréquent pour le groupe 2 sans que cela soit significatif.Conclusion : L’IVG médicamenteuse avec du misoprostol par voie jugale est une méthode aussi efficace et avec une tolérance tout à fait acceptable entre 7 et 9 SA comparé à des termes gestationnels de moins de 7 SA. La survenue d’une grossesse évolutive ne semble pas influencer par la dose de mifépristone comparé aux résultats de la littérature. En plus des facteurs d’échec et de complications déjà relevés dans de nombreuses études (multigestité et antécédent d’IVG), l’antécédent de césarienne peu étudié dans la littérature semble être à prendre en compte également dans le choix d’une IVG par méthode médicamenteuse. Au vu de l’efficacité et de la bonne tolérance de cette méthode, une étude comparative du protocole 600 ou 200 mg de mifépristone suivi de 800 µg de misoprostol menée à l’hôpital et en ville entre 7 et 9 SA pourrait confirmer la faisabilité du protocole en ville et ainsi améliorer l’accès à l’IVG.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [59 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01188059
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 28 août 2015 - 13:40:48
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:33:53
Document(s) archivé(s) le : dimanche 29 novembre 2015 - 10:31:05

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01188059, version 1

Collections

Citation

Amandine Duvignac. IVG médicamenteuse entre 7 et 9 SA : efficacité et tolérance sur une étude rétrospective menée au CHU de Bordeaux. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01188059〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

319

Téléchargements de fichiers

499