Peinture nomade : géo(dé)localisation de l’espace

Résumé : La peinture nomade se propose de réfléchir à une nouvelle cartographie du monde, qui ne serait plus une vision globale et globalisée, mais une vision de localités, venant localiser et délocaliser les espaces. C’est en agissant localement que l’on pourra changer globalement et il me semble que cette transition est en marche dans d’autres domaines de la vie et dans d’autres disciplines que l’art. C’est pourquoi j’ai souhaité m’inspirer de facteurs économiques, politiques et sociaux afin de réfléchir à une nouvelle voie pour l’art de demain. La transition vers une nouvelle économie qui serait plus juste pour tous, entraînerait un respect de l’écosystème plus grand de même qu’une prise de conscience politique. Agir en coopérative est en soi un acte politique, il s’agit d’agir avec conscience et de réfléchir à une meilleure voie pour le monde et les êtres humains de demain. Établir une cartographie par la peau de peinture, susceptible de réfléchir à une transformation du monde, c’est permettre à l’espace-temps de se relocaliser, tout en étant susceptible d’être partagé.
Type de document :
Mémoires
Art et histoire de l'art. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [27 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01200815
Contributeur : Patricia Bourgoint <>
Soumis le : jeudi 17 septembre 2015 - 11:44:13
Dernière modification le : vendredi 29 septembre 2017 - 20:35:06
Document(s) archivé(s) le : mardi 29 décembre 2015 - 07:43:20

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01200815, version 1

Citation

Radmila Urošević. Peinture nomade : géo(dé)localisation de l’espace. Art et histoire de l'art. 2015. 〈dumas-01200815〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

142

Téléchargements de fichiers

221