Comportement de santé à risque et addictions chez les étudiants en profession de santé à Rouen‎ : évolution entre 2007 et 2015

Résumé : Huit ans après l'étude Campus Santé, l'objectif de cette étude était d'évaluer l'évolution des comportements addictifs, du niveau de stress, des habitudes de consommation et troubles du comportement alimentaire des étudiants en santé rouennais. Nous avons également exploré la relation entre les étudiants et leur médecin traitant. Matériel et méthodes : Un auto-questionnaire anonyme, multi-thématique a été distribué aux étudiants en médecine, pharmacie, orthophonie, kinésithérapie, imagerie et soins infirmiers entre les mois de mars et de mai 2015. Les données ont été saisies puis analysées de façon descriptive, puis une étude analytique par régression logistique a permis d'identifier les principaux facteurs associés aux comportements des étudiants. Le logiciel SPSS version 20 a été utilisé. Le protocole d'étude a été validé par le Comité d'éthique de la recherche non interventionnelle de Rouen. Résultats : 1391 étudiants ont été inclus dans l'étude. La population était majoritairement constituée de femmes mais la différence entre les sexes était moindre qu'en 2007 (73,1% de femmes en 2007 contre 63,2% en 2015, p<10-3). Concernant les consommations de substance psychoactives, par rapport à 2007, le tabagisme actif avait diminué (-11,7%), le binge drinking et l'usage nocif d'alcool (score CRAFFT) étaient retrouvés chez une plus grande proportion d'étudiants (respectivement +18,5% et +8,8%). La consommation de cannabis était stable entre les deux années. Les niveaux de stress étaient comparables entre 2007 et 2015. Par contre la consommation de médicaments psychotropes était moindre en 2015 (-7,3%). La proportion d'étudiants pensant avoir un bon équilibre alimentaire était plus importante en 2015 (+8,9%) alors que les recommandations du PNNS étaient moins souvent respectées. Il n'y avait pas de différence significative entre les deux années concernant la proportion des étudiants à risque de troubles du comportement alimentaire (SCOFF positif). Une des caractéristiques de notre étude a été de mettre en évidence une tendance à l'égalisation des comportements entre les femmes et les hommes pour le tabac, l'usage nocif d'alcool, le niveau de stress et les troubles du comportement alimentaire. Les étudiants étaient 87,3% à être à l'aise pour discuter avec leur médecin traitant. Être stressé et avoir un score SCOFF positif étaient associés avec le fait de ne pas se sentir à l'aise pour en discuter avec son médecin traitant. Malgré les campagnes de prévention menées ces dernières années, les étudiants restent une population particulièrement exposée aux conduites à risque comme le montre l'augmentation des comportements à risque vis-à-vis de l'alcool. Il semble donc important que l'ensemble des professionnels amenés à interagir avec les étudiants prenne une part active à la sensibilisation et à la prévention de ces comportements à risque.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01211707
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : lundi 5 octobre 2015 - 15:50:33
Dernière modification le : samedi 17 octobre 2015 - 01:03:08
Document(s) archivé(s) le : mercredi 6 janvier 2016 - 10:44:11

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01211707, version 1

Collections

Citation

Julie Delay. Comportement de santé à risque et addictions chez les étudiants en profession de santé à Rouen‎ : évolution entre 2007 et 2015. Médecine humaine et pathologie. 2015. <dumas-01211707>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

162

Téléchargements du document

352